CLERMONT-FERRAND, église Saint-Laurent

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays
Région
Département
Commune
Insee 63113
Adresse/Lieu-dit 5 rue Saint-Laurent
Toponyme
Propriétaire Association diocésaine
Protection de l'édifice Abside romane, cl. MH 1976
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel
Latitude 45.780167
Longitude 3.09006
Altitude

[[Catégorie:]]

[[Catégorie:]]

[[Catégorie:]]

[[Catégorie:]]


Sources historiques et identification

Sources epigraphiques

RICG, n° 23 : Une épitaphe célébrant la mémoire d’un diacre mérovingien a été découverte à Saint-Laurent.

Sources indirectes

Grégoire de Tours indique que son oncle, l’évêque Gallus Ier, est inhumé en 551 in sancti Laurentii basilicam (Liber Vitae Patrum, VI, 7, p. 685). L’église est ensuite mentionnée dans la Vie de saint Bonnet (p. 122, et non dans la Passio de saint Priest comme indiqué dans la TCCG : Prévot F. et Barral-i-Altet X. 1989, p. 37), dans laquelle on apprend que l’évêque Bonnet y a conduit une procession afin d’obtenir la pluie. Enfin, l’église Saint-Laurent est citée au Xe siècle dans le Libellus de ecclesiis Claromontanis (p. 458).

Grégoire de Tours, Liber Vitae Patrum, VI, in Teil II. Miracula et opera minora, I, texte établi par Krusch B., MGH. SS rer. Merov. I, 2, Hanovre, 1885, « de sancto Gallo episcopo », p. 679-686.

Vita Boniti episcopi arverni, in Passiones vitaeque sanctorum aevi merovingici (V), texte établi par Krusch B. et LevisonW., MGH. SS rer. Merov. VI, Hanovre, 1913, p. 110-139.

Libellus de ecclesiis Claromontanis, in Passiones vitaeque sanctorum aevi merovingici (V), texte établi par Krusch B. et Levison W., MGH. SS rer. Merov. VII, Hanovre, 1913, p. 456-467, ici n° 7, p. 458-459.

Raphanel (abbé), 1921, « L’emplacement des églises de Clermont au Xe siècle », Bulletin Historique et Scientifique de l’Auvergne, 41, p. 107-116, 150-157, 172-186.


Sources Bibliographie

Fournier P.-F. 1970, p. 319-320.

Prévot F., Barral i Altet X., 1989, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, VI, Province ecclésiastique de Bourges (Aquitania Prima), éditions De Boccard, Paris, p. 36-37.

Prévot F., 1997, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carolingienne, VIII, Aquitaine Première, éditions du C.N.R.S., Paris, n° 23, p. 133-136.

Chevalier P., Gauthier F. avec des remarques de Prévot F., 2014, « Clermont », in Prévot F., Gaillard M. et Gauthier N. (dir.), Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, XVI. Quarante ans d’enquête (1972-2012). 1. Images nouvelles des villes de la Gaule, éditions De Boccard, Paris, p. 85.

Conservation

L'édifice primitif a disparu.

Titulature historique

Saint-Laurent

Diocèse actuel

Clermont-Ferrand

Diocèse historique

Clermont


Contexte d’implantation

Description

La basilica sancti Laurentii qui se situe extra muros sur le versant nord-est de la butte centrale, est évoquée dans les travaux qui se sont intéressés à la topographie chrétienne de Clermont au cours du haut Moyen Âge.

L’église Saint-Laurent - aujourd'hui désaffectée - a été le siège d’une paroisse jusqu’au XIIIe siècle. Elle est ensuite unie à celle de Notre-Dame-du-Port. Au XIXe siècle, elle a servi de chapelle militaire (Fournier P.-F. 1970, p. 320). L’église romane existe encore en partie dans l’enceinte du presbytère de Notre-Dame-du-Port.

Structures antérieures

L’édifice se situe aux abords du forum d’Augustonemetum qui se développait au sommet de la butte centrale de Clermont-Ferrand. Le versant oriental, du moins au cours du Haut-Empire, était essentiellement occupé par des quartiers résidentiels.


Fonction

Description

Basilique disparue


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

Basilique suburbaine avec aire funéraire associée, hors les murs de la cité

CLERMONT-FERRAND, église Saint-Laurent (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan inconnu

Parties

Basilique avec aire funéraire associée

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

Emplacement

Une aire funéraire se développait aux abords et probablement sous l’actuelle église Saint-Laurent.

Structure

Outre la sépulture d'un évêque, elle comprenait au moins un sarcophage de diacre, dans le couvercle duquel était insérée une plaquette inscrite.

Inscriptions

Description

Une inscription a été découverte en 1665 dans le cimetière de l’église Saint-Laurent. Elle n’est connue que par une copie manuscrite. Elle est datée du 28 juillet 621 : Hoc tegetur tomolo, qui legis intellege iacentem, diacon(us) Emellio nomine. Ipse ter denus et lustra sic gesserat annus, set mors inueda abstolit iouenim uitam. Obiet sub die V kalend(as) augustas, anno XXXVII rigni dom(in)i Chlotharii regis (traduction de François Prévot : « Ce tombeau recouvre (toi qui lis, comprendsle), gisant ici, le diacre du nom d’Emellio. Lui-même avait vécu trois décennies et un lustre, mais la mort jalouse enleva le jeune homme à la vie. il mourut le 5e jour des kalendes d’août, la 37e année du règne du seigneur le roi Clotaire », Prévot F. 1997, n° 23, p. 133-136).


Objets dispersés non rattachables à l'architecture de l'église

Liste des objets

Des éléments de colonnette et de corniche en marbre blanc ont été découverts dans les reins de voûte de l’édifice actuel lors de travaux (information orale de Bruno Phalip).


Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

Etat 1 La basilique funéraire épiscopale existe au milieu du VIe siècle. D'autres états ?? Elle est encore mentionnée au Xe siècle par le Libellus.

Interprétation

Malgré l'absence de vestiges, l'existence de l'église dès avant le milieu du VIe s. ne fait aucun doute (mention de la sépulture de l'évêque Gal Ier en 551 par Grégoire de Tours ; mention dans le Libellus de ecclesiis Claromontanis', épitaphe du diacre Emellio + 621).



Informations sur la publication

Date avril 8, 2017
Auteur Pchevalier Fiche personnelle
Statut de la fiche 5. Fiche validée
Qualité de la fiche Fiable