BESANCON, église Saint-Pierre

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région Franche-Comté Fermer
Département DoubsFermer
Commune BesançonFermer
Insee 25056Fermer
Adresse/Lieu-dit Place du 8 septembre
Toponyme
Propriétaire Commune
Protection de l'édifice Cl. MH 21.01.1942
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel AC 01 parcelle 146
Latitude 47.238341
Longitude 6.024729
Altitude Env. 246 m

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:Franche-Comté Fermer]]

[[Catégorie:DoubsFermer]]

[[Catégorie:BesançonFermer]]


Sources historiques et identification

Sources indirectes

Chifflet J. J., 1618, Vesontio Civitas imperialis libera, Sequanorum metropolis, Lyon, pars II, p. 33.

F. I. Dunod de Charnage, Histoire de l’église, ville et diocèse de Besançon, Besançon, 1750, t. I, p. 38, 47, 50, 52, 428, 429.

Ordo canonicorum s. Johannis ou Ordinarius : BM Besançon, ms. 711, f. 203 v.-225 (texte contemporain de l’archevêque Hugues de Salins 1031-1066).

Vita Protadii, BHL, 6974, Bibl. nat., ms. lat. 10500 ; Bibl. mun. de Besançon, ms. 815, fol. 70-71, prologue du rituel édité par B. de Vregille, « Le « rituel de saint Protade » et l’Ordo canonicorum de Saint-Jean de Besançon, Revue du Moyen Âge latin, t. V (1949), p. 101-102.

Vita s. Nicetii episcopi (BHL 6093).

Sources archéologiques

Jeannin Y., 1975, Besançon, place du 8 septembre, rapport de fouilles, DRAC Franche-Comté, SRA.

J.-P. Morel, 1976, « Informations archéologiques, Place du 8 septembre (Saint-Pierre) », Gallia, 34, p. 413-415.

Sources Bibliographie

Tournier R., 1960, « L’église Saint-Pierre de Besançon », Congrès archéologique de France, CXVIIIe session, 1960, Franche-Comté, Paris, p. 87-88.

Vregille B. de, 1964, Histoire de Besançon. Des origines à la fin du XVIe siècle, Folhen C. dir., Paris, p. 155 ; 195-196.

Tournier R., 1964, Histoire de Besançon. Des origines à la fin du XVIe siècle, Folhen C. dir., p. 283.

Moyse G., 1973, Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Ve-Xe siècles), Extrait de la BEC, t. CXXXI, Paris, p. 34.

Jeannin Y., 1987, « Église Saint-Pierre », in Paysage monumental de l’Europe autour de l’an mil, Barral i Altet X. dir.,Picard, p. 333.

Jeannin Y., 1995, « Les nécropoles et les églises de Besançon (Doubs), in Collectif, Éclats d’histoire. 25000 ans d’héritage, 10 ans d’archéologie en Franche-Comté, Besançon, éd. Cêtre, p. 364.

Joan L., 2003, Le Doubs et le territoire de Belfort, 25 et 90, Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, p. 253-254.

Suchet Chanoine, 1903, La chronique de l’église Saint-Pierre de Besançon, Besançon.

Bonnet Ch., Lieb H., Santschi C. dir., 2007, Province ecclésiastique de Besançon (Maxima Sequanorum), éd. de Boccard, p. 34, (Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, XV).

Conservation

L’église actuelle est une reconstruction du XVIIIe siècle. Les édifices qui l’ont précédée sont pour l’essentiel situés sous la place du 8 septembre, à l’ouest de l’église Saint-Pierre actuelle.

Titulature actuelle

Saint-Pierre

Titulature historique

Saint-Pierre

Diocèse actuel

Besançon

Diocèse historique

Besançon


Contexte d’implantation

Description

L’église était située à l’intérieur de la boucle du Doubs le long du cardo maximus, dans le suburbium.

Structures antérieures

Deux niveaux romains ont été reconnus lors de la fouille de sauvetage qui eut lieu place du 8 septembre en 1975, à l’emplacement du cimetière entourant l’église Saint-Pierre.


Fonction

Bâtiment

ÉgliseFermer

Description

Épiscopale ? Paroissiale (au XIe siècle, l’église est qualifiée d’abbatia, et le chef de cette église d’abbas, ce qui ne suffit pas, selon B. de Vregille, à conclure que cette église aurait été, à l’origine, desservie par des moines).


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

Cette église aurait été fondée au début du IVe siècle par l’évêque Eusebius. B. de Vregille s’interroge sur l’éventualité d’un transfert de sa cathèdre dans cette église. Elle fut très tôt entourée d’un cimetière, peut-être dès l’origine, puisque située en dehors de la civitas. Elle servi ensuite de basilique cémétériale (les évêques Nicet et Protade y furent inhumés aux VIe-VIIe siècles). Peut-être rebâtie au VIIe siècle par Nicet, puis au XIe siècle par Hugues de Salins (selon R. Tournier, son plan et ses élévations l’apparentaient aux églises reconstruites par Hugues de Salins), elle a été démolie vers 1771-1783 et remplacée par l’édifice actuel, reconstruit très en retrait du/des précédents.

BESANCON, église Saint-Pierre (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan inconnu EmptyData.png

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

Emplacement

Sous le chœur de l’église, lors de sa démolition en 1733, F. I. Dunod de Charnage fut témoin de la découverte « trois pieds en terre dans le cancel et sous l’autel » d’un « lit de corps », puis, un pied plus bas, d’un second « lit de corps ». Il rapporte qu’il y avait au total 30 corps. EmptyData.png

Inscriptions

Description

F. I. Dunod de Charnage signale la découverte, lors de la démolition de l’église romane, d’une inscription : Hic Cancellus sepelit multa corpora sanctorum. Hac igitur causa, non suscipit alia. Il s’agirait selon lui, se fondant sur la tradition, du souvenir de l’inhumation de l’évêque Célidoine (milieu Ve siècle) et de son clergé, enterrés dans la crypte de Saint-Pierre.


Etat II

Etat II
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan inconnu

Parties

Une source tardive (XVIe s.) attribue à l’évêque Migetius (VIIe siècle) la construction des voûtes.

Matériaux et techniques de construction

Activité

Reconstruction ? EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

Cuve baptismale

D’après F. I. Dunod de Charnage (1750), un « baptistère » aurait été installé au VIIe siècle.

Délimitation

Une inscription, signalée par F. I. Dunod de Charnage, mentionne un « cancellus ». EmptyData.png EmptyData.png

Reliquaire

R. Tournier indique que Nicet fit reconstruire l’église et la dota d’une confessio. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

Emplacement

Des sarcophages du VIIIe siècle, plusieurs sépultures en coffre à murets de petits moellons avec remplois gallo-romains et de nombreuses sépultures en pleine terre ont été reconnus lors de l’enterrement d’un local technique sur la place du 8 septembre en 1975.

Structure

Deux des sarcophages exhumés en 1975, complets et inviolés, étaient couverts de dalles juxtaposées.

Inscriptions

EmptyData.png



Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

État I : IVe s. ?

Selon la tradition, l’évêque Eusebius serait à l’origine de la construction de l’église Saint-Pierre.

État II : Fin VIe-début VIIe s. ?

Ce second état daterait de l’époque de l’évêque Nicet, qui désira s’y faire inhumer et qui aurait pu à cette occasion la faire relever.

État postérieur : XIe siècle. Cette phase pourrait être attribuée à la campagne de reconstruction des églises par Hugues de Salins, mais sans aucune certitude. C’est ce dernier état qui aurait été démoli au XVIIIe siècle.




Informations sur la publication

Date octobre 24, 2011
Auteur Abully Fiche personnelle
Statut de la fiche 1. En cours de rédaction
Qualité de la fiche Donnée non renseignée