TOULOUSE, église Sainte-Marie la Daurade : Différence entre versions

De Care
Ligne 14 : Ligne 14 :
 
|sources_archives=Archives nationales : N. III, Haute-Garonne
 
|sources_archives=Archives nationales : N. III, Haute-Garonne
 
Archives départementales de l’Hérault : C498-1 [1]
 
Archives départementales de l’Hérault : C498-1 [1]
|bibliographie=Noguier A., Histoire Tolosaine, Toulouse, 1556.  
+
|bibliographie=Noguier A., ''Histoire Tolosaine'', Toulouse, 1556.  
Chabanel J. de, De l'antiquité de l'église Nostre-Dame dite la Daurade à Tolose et autres antiquitéz de la ville,Toulouse, 1625,  89p.
+
Chabanel J. de, ''De l'antiquité de l'église Nostre-Dame dite la Daurade à Tolose et autres antiquitéz de la ville,Toulouse'', 1625,  89 p.
Chabanel J. de, De l'Estat et police de l'église Nostre Dame dite la Daurade à Tolose, Toulouse, 1625, 82p.
+
Chabanel J. de, ''De l'Estat et police de l'église Nostre Dame dite la Daurade à Tolose'', Toulouse, 1625, 82 p.
Lamothe Dom Odon, Description des mosaïques de la Daurade à Toulouse, 1633 (Bibliothèque nationale, ms lat. 12680, fol. 231 v°-235r°, texte en latin publié dans Cahiers archéologique, XIII, 1962, p.261-265.
+
Lamothe Odon (dom), ''Description des mosaïques de la Daurade à Toulouse'', 1633 (Bibliothèque nationale, ms lat. 12680, fol. 231 v°-235r°, texte en latin publié dans ''Cahiers archéologiques'', 13, 1962, p. 261-265.
Martin dom Jacques, La Religion des Gaulois tirée des plus pures sources de l'Antiquité, Paris, 1727.
+
Martin Jacques (dom), ''La Religion des Gaulois tirée des plus pures sources de l'Antiquité'', Paris, 1727.
Rey R., « Le sanctuaire paléochrétien de la Daurade », Annales du Midi, 1949, pp. 249- 273.
+
Rey R., « Le sanctuaire paléochrétien de la Daurade », ''Annales du Midi'', 1949, p. 249- 273.
Boyer G., « Une hypothèse sur l'origine de la Daurade », Annales du Midi, 1956, 68-33, p. 47-51.
+
Boyer G., « Une hypothèse sur l'origine de la Daurade », ''Annales du Midi'', 1956, 68-33, p. 47-51.
Mesplé P., « Recherches sur l’ancienne église de la Daurade », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. XXXI, 1965, p. 41-56.
+
Mesplé P., « Recherches sur l’ancienne église de la Daurade », ''Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France'', 31, 1965, p. 41-56.
Jiménez Garnica A.-M., "El arte oficial de Toulouse bajo sobernia visigoda : la Daurade", Archivo espanol de arqueologia, t.61, 1988, p.179-196.
+
Jiménez Garnica A.-M., « El arte oficial de Toulouse bajo sobernia visigoda : la Daurade », ''Archivo espanol de arqueologia'', 61, 1988, p.179-196.
Scellès M., « L’ancienne église Notre-Dame la Daurade à Toulouse », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. LXIII, 1993, p. 133-144.
+
Scellès M., « L’ancienne église Notre-Dame la Daurade à Toulouse », ''Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France'', 63, 1993, p. 133-144.
Scellès M., « Toulouse : église Notre-Dame la Daurade », Atlas archéologique de la France. Les premiers monuments chrétiens de la France, 2, Sud-Ouest et Centre, Paris, 1996, p.190-196.
+
Scellès M., « Toulouse : église Notre-Dame la Daurade », ''Atlas archéologique de la France. Les premiers monuments chrétiens de la France'', 2, ''Sud-Ouest et Centre'', Paris, 1996, p. 190-196.
Cazes Q., Scellès M., « La basilique Sainte-Marie : Notre-Dame La Daurade », dans Pailler J.-M., dir, Tolosa. Nouvelle recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité, Coll. Ecole française de Rome-281, 2002, p. 487-488.
+
Cazes Q., Scellès M., « La basilique Sainte-Marie : Notre-Dame La Daurade », dans Pailler J.-M., dir, ''Tolosa. Nouvelle recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité'', CEFR 281, Rome, 2002, p. 487-488.  
Cazes Q., « L’architecture de l’église Notre-Dame la Daurade à Toulouse », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. LXIII, 2003, p.59-74.
+
Cazes Q., « L’architecture de l’église Notre-Dame la Daurade à Toulouse », ''Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France'', 63, 2003, p. 59-74.
Boudartchouk J.-L., Cazes Q., « Les sondage de 1961 dans l’abside de l’ancienne église de la Daurade », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. LXIII, 2003, p.181-185.
+
Boudartchouk J.-L., Cazes Q., « Les sondage de 1961 dans l’abside de l’ancienne église de la Daurade », ''Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France'', 63, 2003, p.181-185.
Caille  J., Sainte-Marie « La Daurade » à Toulouse : du sanctuaire paléochrétien au grand prieuré clunisien médiéval, Paris, CTHS, 2006 ;
+
Caille  J., ''Sainte-Marie « La Daurade » à Toulouse : du sanctuaire paléochrétien au grand prieuré clunisien médiéval'', Paris, CTHS, 2006.
Cazes Q., L’ancienne église Sainte-Marie-la-Daurade à Toulouse, Toulouse, Guides archéologiques du musée Saint-Raymond, 3, 2010.
+
Cazes Q., ''L’ancienne église Sainte-Marie-la-Daurade à Toulouse'', Toulouse, Guides archéologiques du musée Saint-Raymond, 3, 2010.
|conservation=détruite en 1761-1762
+
|conservation=Détruite en 1761-1762
 
|titulature_actuelle=Notre-Dame de la Daurade
 
|titulature_actuelle=Notre-Dame de la Daurade
 
dite aussi Sainte-Marie la Daurade
 
dite aussi Sainte-Marie la Daurade
Ligne 39 : Ligne 39 :
 
{{Contexte
 
{{Contexte
 
|description=L’ancienne église Sainte-Marie la Daurade est située sur la rive droite de la Garonne, sans doute sur une éminence naturelle, à proximité d’édifices importants, le théâtre antique au sud, et au nord le palais des rois goths, construit vers 450, créant un triangle formé par la rencontre de l’enceinte antique et la Garonne.
 
|description=L’ancienne église Sainte-Marie la Daurade est située sur la rive droite de la Garonne, sans doute sur une éminence naturelle, à proximité d’édifices importants, le théâtre antique au sud, et au nord le palais des rois goths, construit vers 450, créant un triangle formé par la rencontre de l’enceinte antique et la Garonne.
|structures_anterieures=grande salle, aux murs de brique de plus de 1m d’épaisseur
+
|structures_anterieures=Grande salle, aux murs de briques de plus de 1 m d’épaisseur
 
}}
 
}}
 
{{Fonction
 
{{Fonction
|batiment=église
+
|batiment=Eglise
|description=Première église se compose d’une nef de 28 x16 m qui réutilise une grande salle antique, dont la partie orientale a été démolie et sur laquelle s'est greffée l'abside.
+
}}
L'abside est composée de sept pans, le plus large à l'est mesure environ 6m (20 pieds), les autres sont de longueur décroissantes (17, 14, 11 pieds) décrivant un ovale ouvert qui n'a jamais été plein (cf sondages archéologiques) comme l'imaginait dom Martin.
+
{{Informations générales}}
Communication : l'abside largement ouverte communiquait vers l'extérieur par deux portes situées dans les pans coupés jouxtant le pan axial, la troisième porte axiale a été ouverte au Moyen Âge.
+
{{Etat
Élévation :
+
|etat=I
l'élévation intérieure était scandée de trois rangées de niche demi-circulaires ménagées dans le mur, encadrées de colonnes et chapiteaux de marbre et revêtues de mosaïques à fond d'or.
+
|plan=Plan longitudinal
 +
|parties=La première église se compose d’une nef de 28 x 16 m qui réutilise une grande salle antique, dont la partie orientale a été démolie et sur laquelle s'est greffée l'abside.
 +
L'abside comportait sept pans, le plus large à l'est mesure environ 6 m (20 pieds), les autres sont de longueur décroissantes (17, 14, 11 pieds) décrivant un ovale ouvert qui n'a jamais été plein (cf. sondages archéologiques) comme l'imaginait dom Martin.
 +
L'abside largement ouverte communiquait vers l'extérieur par deux portes situées dans les pans coupés jouxtant le pan axial, la troisième porte axiale a été ouverte au Moyen Âge.
 +
L'élévation intérieure était scandée de trois rangées de niche demi-circulaires ménagées dans le mur, encadrées de colonnes et chapiteaux de marbre et revêtues de mosaïques à fond d'or.
 
Éclairage :
 
Éclairage :
Trois grande fenêtres dans les trois pans orientaux et deux fenêtres plus petites pans latéraux.
+
Trois grandes fenêtres dans les trois pans orientaux et deux fenêtres plus petites dans les pans latéraux.
 
D'après les texte : l'abside était couverte d'une coupole possédant un oculus zénithal
 
D'après les texte : l'abside était couverte d'une coupole possédant un oculus zénithal
 +
|activite=Construction
 
}}
 
}}
{{Informations générales}}
 
 
{{Objets dispersés
 
{{Objets dispersés
 
|description=Chapiteaux et mosaïque
 
|description=Chapiteaux et mosaïque

Version du 16 octobre 2018 à 14:55

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCE
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Commune Toulouse
Insee 31555
Adresse/Lieu-dit 1 place de la Daurade
Toponyme
Propriétaire
Protection de l'édifice Cl.MH 1963
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel cad. JJ2 1792
Latitude 43.601003
Longitude 1.439796
Altitude


Sources historiques et identification

Sources d'archives

Archives nationales : N. III, Haute-Garonne Archives départementales de l’Hérault : C498-1 [1]

Sources Bibliographie

Noguier A., Histoire Tolosaine, Toulouse, 1556. Chabanel J. de, De l'antiquité de l'église Nostre-Dame dite la Daurade à Tolose et autres antiquitéz de la ville,Toulouse, 1625, 89 p. Chabanel J. de, De l'Estat et police de l'église Nostre Dame dite la Daurade à Tolose, Toulouse, 1625, 82 p. Lamothe Odon (dom), Description des mosaïques de la Daurade à Toulouse, 1633 (Bibliothèque nationale, ms lat. 12680, fol. 231 v°-235r°, texte en latin publié dans Cahiers archéologiques, 13, 1962, p. 261-265. Martin Jacques (dom), La Religion des Gaulois tirée des plus pures sources de l'Antiquité, Paris, 1727. Rey R., « Le sanctuaire paléochrétien de la Daurade », Annales du Midi, 1949, p. 249- 273. Boyer G., « Une hypothèse sur l'origine de la Daurade », Annales du Midi, 1956, 68-33, p. 47-51. Mesplé P., « Recherches sur l’ancienne église de la Daurade », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, 31, 1965, p. 41-56. Jiménez Garnica A.-M., « El arte oficial de Toulouse bajo sobernia visigoda : la Daurade », Archivo espanol de arqueologia, 61, 1988, p.179-196. Scellès M., « L’ancienne église Notre-Dame la Daurade à Toulouse », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, 63, 1993, p. 133-144. Scellès M., « Toulouse : église Notre-Dame la Daurade », Atlas archéologique de la France. Les premiers monuments chrétiens de la France, 2, Sud-Ouest et Centre, Paris, 1996, p. 190-196. Cazes Q., Scellès M., « La basilique Sainte-Marie : Notre-Dame La Daurade », dans Pailler J.-M., dir, Tolosa. Nouvelle recherches sur Toulouse et son territoire dans l’Antiquité, CEFR 281, Rome, 2002, p. 487-488. Cazes Q., « L’architecture de l’église Notre-Dame la Daurade à Toulouse », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, 63, 2003, p. 59-74. Boudartchouk J.-L., Cazes Q., « Les sondage de 1961 dans l’abside de l’ancienne église de la Daurade », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, 63, 2003, p.181-185. Caille J., Sainte-Marie « La Daurade » à Toulouse : du sanctuaire paléochrétien au grand prieuré clunisien médiéval, Paris, CTHS, 2006. Cazes Q., L’ancienne église Sainte-Marie-la-Daurade à Toulouse, Toulouse, Guides archéologiques du musée Saint-Raymond, 3, 2010.

Conservation

Détruite en 1761-1762

Titulature actuelle

Notre-Dame de la Daurade dite aussi Sainte-Marie la Daurade

Titulature historique

Notre-Dame La Daurade

Diocèse actuel

Toulouse

Diocèse historique

Toulouse


Contexte d’implantation

Description

L’ancienne église Sainte-Marie la Daurade est située sur la rive droite de la Garonne, sans doute sur une éminence naturelle, à proximité d’édifices importants, le théâtre antique au sud, et au nord le palais des rois goths, construit vers 450, créant un triangle formé par la rencontre de l’enceinte antique et la Garonne.

Structures antérieures

Grande salle, aux murs de briques de plus de 1 m d’épaisseur


Fonction

Bâtiment

Eglise


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]


TOULOUSE, église Sainte-Marie la Daurade (Galerie d'images)


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan longitudinal

Parties

La première église se compose d’une nef de 28 x 16 m qui réutilise une grande salle antique, dont la partie orientale a été démolie et sur laquelle s'est greffée l'abside. L'abside comportait sept pans, le plus large à l'est mesure environ 6 m (20 pieds), les autres sont de longueur décroissantes (17, 14, 11 pieds) décrivant un ovale ouvert qui n'a jamais été plein (cf. sondages archéologiques) comme l'imaginait dom Martin. L'abside largement ouverte communiquait vers l'extérieur par deux portes situées dans les pans coupés jouxtant le pan axial, la troisième porte axiale a été ouverte au Moyen Âge. L'élévation intérieure était scandée de trois rangées de niche demi-circulaires ménagées dans le mur, encadrées de colonnes et chapiteaux de marbre et revêtues de mosaïques à fond d'or. Éclairage : Trois grandes fenêtres dans les trois pans orientaux et deux fenêtres plus petites dans les pans latéraux. D'après les texte : l'abside était couverte d'une coupole possédant un oculus zénithal

Matériaux et techniques de construction

Activité

Construction EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png


Objets dispersés non rattachables à l'architecture de l'église

Liste des objets

Chapiteaux et mosaïque


Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Informations sur la publication

Date janvier 1, 1970
Auteur Bbrandenburg Fiche personnelle
Statut de la fiche 2. En cours de saisie
Qualité de la fiche {{#paper_quality:{{{qualite_fiche}}}}}