Modification de JAU-DIGNAC-ET-LOIRAC, chapelle Saint-Siméon

Aller à la navigation Aller à la recherche

Attention : vous n’êtes pas connecté(e). Votre adresse IP sera visible de tout le monde si vous faites des modifications. Si vous vous connectez ou créez un compte, vos modifications seront attribuées à votre propre nom d’utilisateur(rice) et vous aurez d’autres avantages.

La modification peut être annulée. Veuillez vérifier les différences ci-dessous pour voir si c’est bien ce que vous voulez faire, puis publier ces changements pour finaliser l’annulation de cette modification.

Version actuelle Votre texte
Ligne 23 : Ligne 23 :


Broquedis S. (2002), Le mobilier funéraire du sit de La Chapelle Saint-Siméon à Jau-Dignac et Loirac (33): de la restauration à l'interprétation, Travail d'Etudes et de Recherches, Bordeaux
Broquedis S. (2002), Le mobilier funéraire du sit de La Chapelle Saint-Siméon à Jau-Dignac et Loirac (33): de la restauration à l'interprétation, Travail d'Etudes et de Recherches, Bordeaux
|sources_archives=Sources imprimées:
Frédégaire, Chronique, éd. Devilliers O., Meyers J. (2003), Chronique des temps mérovingiens, Turnhout


Venance Fortunat, Carmina, éd. Reydellet M. (1994-1998), Poèmes, Les Belles Lettres, Paris
Jean Beleth, Summa de Ecclesiastics Officiis, éd.


|sources_archives=Sources imprimées:
Ausone, Lettres, éd. Etienne R. (1995), "lettres d'Ausone à Théon", dans En passant par l'Aquitaine..., Bordeaux, p.527-549
Ausone, Lettres, éd. Etienne R. (1995), "lettres d'Ausone à Théon", dans En passant par l'Aquitaine..., Bordeaux, p.527-549


Guillaume Durand, Rationale divinorum Officiorum, éd. Davril A., Thibodeau T. (1995), Guillelmi Duranti Rationale Divinorum Officiorum (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 140-142), Turnhout
Baureins A. (1785), Variétés bordelaises, Bordeaux


Douteil H. (1976), Iohannis Beleth. Summa de Ecclesiastics Officiis (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 41), Turnhout
Frédégaire, Chronique, éd. Devilliers O., Meyers J. (2003), Chronique des temps mérovingiens, Turnhout


Sidoine Apollinaire, Carmina, epistulae, éd. Loyen A. (1960-1970), Poèmes, lettres, Les Belles Lettres, Paris
Guillaume Durand, Rationale divinorum Officiorum, éd. Davril A., Thibodeau T. (1995), Guillelmi Duranti Rationale Divinorum Officiorum (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 140-142), Turnhout


Grégoire de Tours, De gloria confessorum, éd. Krusch B. (1885), Monumenta Historica Germaniae, Sriptores Rerum Merovingicarum, I, 2, Hanovre
Grégoire de Tours, De gloria confessorum, éd. Krusch B. (1885), Monumenta Historica Germaniae, Sriptores Rerum Merovingicarum, I, 2, Hanovre


Grégoire de Tours, Miracula et opéra minora, éd. Krusch B. (1885), Monumenta Historica Germaniae, Sciptores Rerum Merovingicarum, I, 2, Hanovre
Grégoire de Tours, Miracula et opéra minora, éd. Krusch B. (1885), Monumenta Historica Germaniae, Sciptores Rerum Merovingicarum, I, 2, Hanovre
Jean Beleth, Summa de Ecclesiastics Officiis, éd. Douteil H. (1976), Iohannis Beleth. Summa de Ecclesiastics Officiis (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 41), Turnhout


Sicard de Crémone, Mitrale seu De officiis ecclesiastics summa, éd. Patrologie latine, 213, col. 13-434
Sicard de Crémone, Mitrale seu De officiis ecclesiastics summa, éd. Patrologie latine, 213, col. 13-434


Baureins A. (1785), Variétés bordelaises, Bordeaux
Sidoine Apollinaire, Carmina, epistulae, éd. Loyen A. (1960-1970), Poèmes, lettres, Les Belles Lettres, Paris
 
Venance Fortunat, Carmina, éd. Reydellet M. (1994-1998), Poèmes, Les Belles Lettres, Paris
|sources_archeologiques=Le site de « La Chapelle » se trouve sur la commune actuelle de Jau-Dignac et Loirac, sur la rive gauche de l’estuaire de la Gironde, en bas Médoc, à environ 950 m des berges de la Gironde. Il a été découvert lors de travaux agricoles (parcelle n°1712) et a fait l’objet d’une opération préventive dirigée par C. Scuiller (Inrap), en août 2000 qui a consisté en une série de sondages et de tranchées, effectuée dans les parcelles n° 1712, 1713 et 1714, soit sur une surface de 6840 m2 environ. En 2001, nous avons dégagé mécaniquement une surface d’environ 300 m2 correspondant à l’emprise de la chapelle dont le négatif des murs gouttereaux a été mis au jour (zone 1). Cinq campagnes de fouilles programmées  d’une durée d’un mois y ont été menées depuis dans le cadre d’un « chantier école » pour des étudiants en archéologie et en anthropologie (Université de Bordeaux). En 2003, les parcelles n° 1713 et 1714 ont été explorées ; l’essentiel des vestiges se concentre sur la parcelle n°1712 (environ 500 m2) qui aura été entièrement explorée.  
|sources_archeologiques=Le site de « La Chapelle » se trouve sur la commune actuelle de Jau-Dignac et Loirac, sur la rive gauche de l’estuaire de la Gironde, en bas Médoc, à environ 950 m des berges de la Gironde. Il a été découvert lors de travaux agricoles (parcelle n°1712) et a fait l’objet d’une opération préventive dirigée par C. Scuiller (Inrap), en août 2000 qui a consisté en une série de sondages et de tranchées, effectuée dans les parcelles n° 1712, 1713 et 1714, soit sur une surface de 6840 m2 environ. En 2001, nous avons dégagé mécaniquement une surface d’environ 300 m2 correspondant à l’emprise de la chapelle dont le négatif des murs gouttereaux a été mis au jour (zone 1). Cinq campagnes de fouilles programmées  d’une durée d’un mois y ont été menées depuis dans le cadre d’un « chantier école » pour des étudiants en archéologie et en anthropologie (Université de Bordeaux). En 2003, les parcelles n° 1713 et 1714 ont été explorées ; l’essentiel des vestiges se concentre sur la parcelle n°1712 (environ 500 m2) qui aura été entièrement explorée.  
La situation insulaire du site a contribué au fait que l’occupation humaine s’est concentrée sur un périmètre restreint, sur un point élevé de l’îlot qui n’a pas subi de sédimentation considérable. La sédimentation n’est pas très importante puisque l’épaisseur des sédiments atteint un maximum de 1 mètre. Les labours récents, peut-être depuis le XIXe siècle, ont largement contribué à faire disparaître les niveaux les plus récents des périodes médiévales et modernes.  
La situation insulaire du site a contribué au fait que l’occupation humaine s’est concentrée sur un périmètre restreint, sur un point élevé de l’îlot qui n’a pas subi de sédimentation considérable. La sédimentation n’est pas très importante puisque l’épaisseur des sédiments atteint un maximum de 1 mètre. Les labours récents, peut-être depuis le XIXe siècle, ont largement contribué à faire disparaître les niveaux les plus récents des périodes médiévales et modernes.  
Ligne 58 : Ligne 59 :


Cartron I., Castex D. (2001), Jau-Dignac et Loirac, "La Chapelle", Rapport Final de Synthèse, S.R.A Aquitaine, Bordeaux
Cartron I., Castex D. (2001), Jau-Dignac et Loirac, "La Chapelle", Rapport Final de Synthèse, S.R.A Aquitaine, Bordeaux
|bibliographie=Cartron I., Castex D. (2010), L'occupation d'un ancien "îlot" du rivage de l'estuaire de la Gironde, du temple antique à la chapelle Saint-Siméon, Bordeaux
|bibliographie=Cartron I., Castex D. (2010), L'occupation d'un ancien "îlot" du rivage de l'estuaire de la Gironde, du temple antique à la chapelle Saint-Siméon, Bordeaux


Ligne 69 : Ligne 72 :


Cartron I., Castex D. (2004), "Jau-Dignac et Loirac", Chronique de fouilles archéologiques, Archéologie médiévale, Paris, p. 1
Cartron I., Castex D. (2004), "Jau-Dignac et Loirac", Chronique de fouilles archéologiques, Archéologie médiévale, Paris, p. 1
|titulature_historique=Le quartier porte le toponyme de « La Chapelle », vocable moderne de Saint-Siméon.
|titulature_historique=Le quartier porte le toponyme de « La Chapelle », vocable moderne de Saint-Siméon.
|diocese_actuel=diocèse de Bordeaux
|diocese_actuel=diocèse de Bordeaux

Notez bien que toutes les contributions à Care peuvent être modifiées, transformées ou supprimées par d’autres utilisateurs. Si vous ne désirez pas que vos écrits soient modifiés contre votre gré, merci de ne pas les soumettre ici.
Vous nous promettez aussi que vous avez écrit ceci vous-même ou que vous l’avez copié d’une source placée dans le domaine public ou d’une ressource libre similaire (voir Care:Copyrights pour plus de détails). N’utilisez aucun travail sous droits d’auteur sans autorisation expresse !

Annuler Aide pour la modification (s’ouvre dans une nouvelle fenêtre)