BUSSEOL, Saint-André : Différence entre versions

De Care
Ligne 13 : Ligne 13 :
 
{{Sources historiques
 
{{Sources historiques
 
|sources_indirectes=Grégoire de Tours, ''Historia Francorum'', II, IX, 49.
 
|sources_indirectes=Grégoire de Tours, ''Historia Francorum'', II, IX, 49.
 +
 
Tessier G. (éd.), 1943, "Diplôme de Charles le Chauve du 5 juillet 843", ''Recueil des actes de Charles le Chauve'', I, Paris, n° 25, p. 47 et 56-59.
 
Tessier G. (éd.), 1943, "Diplôme de Charles le Chauve du 5 juillet 843", ''Recueil des actes de Charles le Chauve'', I, Paris, n° 25, p. 47 et 56-59.
 +
 
"Privilège de l’évêque Jonas d’Autun du 20 mai 858 en faveur du monastère Saint-Andoche", ''Gallia Christiana'', IV, ''instr.'', n°XIII, col. 51-54
 
"Privilège de l’évêque Jonas d’Autun du 20 mai 858 en faveur du monastère Saint-Andoche", ''Gallia Christiana'', IV, ''instr.'', n°XIII, col. 51-54
 
|bibliographie=Bulliot J.-G., 1877,  « Autun », ''Congrès scientifique de la France,42e session, 1876'', Paris, I, p. 114.
 
|bibliographie=Bulliot J.-G., 1877,  « Autun », ''Congrès scientifique de la France,42e session, 1876'', Paris, I, p. 114.
Ligne 39 : Ligne 41 :
 
|plan=Plan inconnu
 
|plan=Plan inconnu
 
|parties=Le plan de l'église supérieure est inconnu.
 
|parties=Le plan de l'église supérieure est inconnu.
La crypte est de plan rectangulaire orientée est/ouest avec quatre vaisseaux nord/sud et quatre nefs est/ouest. C’est une crypte occidentale de 13,20 m à 13,50 m de longueur sur 9 m à 9,20 m de largeur.
+
La crypte est de plan rectangulaire orientée est/ouest avec quatre vaisseaux nord/sud et quatre nefs est/ouest. C’est une crypte occidentale de 13,20 à 13,50 m de longueur sur 9 à 9,20 m de largeur.
 
L’accès à la crypte s’effectuait par l’Ouest, à partir de deux portes aux deux extrémités latérales. Quelques marches sont conservées. La circulation dans cet édifice rectangulaire s’effectue dans le sens ouest/est de par la disposition des travées, laissant au centre deux larges vaisseaux de 2 m environ et deux nefs étroites sur les côtés d’environ 1 m. À l’extrémité orientale du mur nord une ouverture bouchée devait correspondre à un passage vers l’extérieur ou vers d'autres bâtiments.
 
L’accès à la crypte s’effectuait par l’Ouest, à partir de deux portes aux deux extrémités latérales. Quelques marches sont conservées. La circulation dans cet édifice rectangulaire s’effectue dans le sens ouest/est de par la disposition des travées, laissant au centre deux larges vaisseaux de 2 m environ et deux nefs étroites sur les côtés d’environ 1 m. À l’extrémité orientale du mur nord une ouverture bouchée devait correspondre à un passage vers l’extérieur ou vers d'autres bâtiments.
 
|activite=Construction.
 
|activite=Construction.
|maconnerie=Les piliers de plan carré sont construits en grand appareil avec des blocs de modules différents. Les tailloirs des piliers centraux dépassent en formant une large tablette que souligne le cavet qui rejoint la saillie au plan du pilier.
+
|maconnerie=Les piliers de plan carré sont construits en grand appareil avec des blocs de modules différents. Les tailloirs des piliers centraux dépassent en formant une large tablette que souligne le cavet qui rejoint la saillie au plan du pilier.
 
|autres=Les arcs doubleaux qui soutiennent les voûtes d’arêtes sont en grès.  
 
|autres=Les arcs doubleaux qui soutiennent les voûtes d’arêtes sont en grès.  
Les joints sont épais, jusqu’à 4,5 cm entre les claveaux. Les arêtes pénètrent assez haut dans la maçonnerie d’angle.
+
Les joints sont épais, jusqu’à 0,045 m entre les claveaux. Les arêtes pénètrent assez haut dans la maçonnerie d’angle.
 
}}
 
}}
 
{{Objets dispersés
 
{{Objets dispersés
Ligne 51 : Ligne 53 :
 
}}
 
}}
 
{{Considérations critiques
 
{{Considérations critiques
|chronologie=Etat 1 : IXe ou Xe-début XIe siècle ?
+
|chronologie=Etat I : IXe ou Xe-début XIe siècle ?
 +
 
 
On peut s’interroger sur la contemporanéité de cette crypte en position occidentale et la mention du monastère dans un acte de 843. Aucun élément n’est à ce jour réellement discriminant pour le IXe siècle. L’utilisation du grand appareil, comme l’absence de trace d’utilisation du taillant droit, militent pour une date haute qui ne peut exclure le Xe siècle ou le début du XIe siècle. On notera l’intérêt de sa position occidentale comme crypte et de ce fait sa fonction liturgique en relation avec l’abbatiale, peut être destinée à supporter le chœur des moniales comme à Saint-Maur de Verdun. Mais dans le cas d’Autun, aucun élément dans la crypte n’indique un secteur privilégié pour la présentation de reliques ou l’emplacement d’un autel.
 
On peut s’interroger sur la contemporanéité de cette crypte en position occidentale et la mention du monastère dans un acte de 843. Aucun élément n’est à ce jour réellement discriminant pour le IXe siècle. L’utilisation du grand appareil, comme l’absence de trace d’utilisation du taillant droit, militent pour une date haute qui ne peut exclure le Xe siècle ou le début du XIe siècle. On notera l’intérêt de sa position occidentale comme crypte et de ce fait sa fonction liturgique en relation avec l’abbatiale, peut être destinée à supporter le chœur des moniales comme à Saint-Maur de Verdun. Mais dans le cas d’Autun, aucun élément dans la crypte n’indique un secteur privilégié pour la présentation de reliques ou l’emplacement d’un autel.
 
}}
 
}}

Version du 30 juin 2011 à 15:02

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays <tag property='Topographie[pays]' value='FRANCE'>FRANCE</tag>
Région <tag property='Topographie[region]' value='Bourgogne'>Bourgogne</tag>
Département <tag property='Topographie[departement]' value='Saône-et-Loire'>Saône-et-Loire</tag>
Commune <tag property='Topographie[commune]' value='Autun'>Autun</tag>
Insee <tag property='Topographie[insee]' value='71014'>71014</tag>
Adresse/Lieu-dit 7 rue Saint-Germain
Toponyme
Propriétaire Privée
Protection de l'édifice Cl. MH 23.02.1993 (crypte seulement)
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel
Latitude <tag property='Topographie[latitude]' value='46.949237'>46.951131</tag>
Longitude <tag property='Topographie[longitude]' value='4.294624'>4.294256</tag>
Altitude

[[Catégorie:<tag property='Topographie[pays]' value='FRANCE'>FRANCE</tag>]]

[[Catégorie:<tag property='Topographie[region]' value='Bourgogne'>Bourgogne</tag>]]

[[Catégorie:<tag property='Topographie[departement]' value='Saône-et-Loire'>Saône-et-Loire</tag>]]

[[Catégorie:<tag property='Topographie[commune]' value='Autun'>Autun</tag>]]


Sources historiques et identification

Sources indirectes

Grégoire de Tours, Historia Francorum, II, IX, 49.

Tessier G. (éd.), 1943, "Diplôme de Charles le Chauve du 5 juillet 843", Recueil des actes de Charles le Chauve, I, Paris, n° 25, p. 47 et 56-59.

"Privilège de l’évêque Jonas d’Autun du 20 mai 858 en faveur du monastère Saint-Andoche", Gallia Christiana, IV, instr., n°XIII, col. 51-54


Sources Bibliographie

Bulliot J.-G., 1877, « Autun », Congrès scientifique de la France,42e session, 1876, Paris, I, p. 114.

Sapin C., 1986, « Le monastère Saint-Andoche », Autun-Augustodunum, catalogue de l’exposition organisée en 1985 à l’occasion du Bi-millénaire d’Autun, 16 mars-27 octobre 1985, Autun, p. 382-385.

Picard J.-C.,1986, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, IV, Province ecclésiastique de Lyon, Paris, p. 42-43.

Sapin C., 1986, La Bourgogne préromane, Paris, p. 37-41.

Références à la documentation graphique et photographique

Relevés exécutés dans les années 1980 (cf. Association Burgondie, 1986)


Titulature historique

Monasterium sanctae Mariae, Saint-Andoche au IXe siècle.

Diocèse actuel

Autun

Diocèse historique

Autun


Contexte d’implantation

Habitat contemporain

Contre le flan sud de la porte Saint-Andoche (Ier siècle) donnant accès à la ville depuis l’Ouest.


Fonction

Bâtiment

<tag property='Fonction[batiment]' value='Abbatiale'>Abbatiale</tag>

Description

monastique, monastère de moniales


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]


BUSSEOL, Saint-André (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan inconnu

Parties

Le plan de l'église supérieure est inconnu. La crypte est de plan rectangulaire orientée est/ouest avec quatre vaisseaux nord/sud et quatre nefs est/ouest. C’est une crypte occidentale de 13,20 à 13,50 m de longueur sur 9 à 9,20 m de largeur. L’accès à la crypte s’effectuait par l’Ouest, à partir de deux portes aux deux extrémités latérales. Quelques marches sont conservées. La circulation dans cet édifice rectangulaire s’effectue dans le sens ouest/est de par la disposition des travées, laissant au centre deux larges vaisseaux de 2 m environ et deux nefs étroites sur les côtés d’environ 1 m. À l’extrémité orientale du mur nord une ouverture bouchée devait correspondre à un passage vers l’extérieur ou vers d'autres bâtiments.

Matériaux et techniques de construction

Activité

Construction.

Maçonnerie

Les piliers de plan carré sont construits en grand appareil avec des blocs de modules différents. Les tailloirs des piliers centraux dépassent en formant une large tablette que souligne le cavet qui rejoint la saillie au plan du pilier. EmptyData.png EmptyData.png

Autres

Les arcs doubleaux qui soutiennent les voûtes d’arêtes sont en grès. Les joints sont épais, jusqu’à 0,045 m entre les claveaux. Les arêtes pénètrent assez haut dans la maçonnerie d’angle. EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png


Objets dispersés non rattachables à l'architecture de l'église

Liste des objets

Un fragment de plaque de chancel a été découvert en 1982 dans une construction voisine de l’abbaye Saint-Andoche (haut. cons. 0,37 m ; larg. cons. 0,32 m ; ép. 0,125 m). Le motif d’entrelacs à brins triples, bordant le bord subsistant, forme des torsades laissant des vides circulaires garnis de motifs variés : boutons, trèfles, fleurs à quatre pétales. Ce fragment pourrait être rattaché à la seconde moitié au moins du IXe siècle. Deux petits chapiteaux (haut. 0,185 m) ont été découverts en réemploi. Retaillés, il est toutefois possible de voir à travers le traitement des feuilles une datation plus basse que le IXe siècle.


Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

Etat I : IXe ou Xe-début XIe siècle ?

On peut s’interroger sur la contemporanéité de cette crypte en position occidentale et la mention du monastère dans un acte de 843. Aucun élément n’est à ce jour réellement discriminant pour le IXe siècle. L’utilisation du grand appareil, comme l’absence de trace d’utilisation du taillant droit, militent pour une date haute qui ne peut exclure le Xe siècle ou le début du XIe siècle. On notera l’intérêt de sa position occidentale comme crypte et de ce fait sa fonction liturgique en relation avec l’abbatiale, peut être destinée à supporter le chœur des moniales comme à Saint-Maur de Verdun. Mais dans le cas d’Autun, aucun élément dans la crypte n’indique un secteur privilégié pour la présentation de reliques ou l’emplacement d’un autel.




Informations sur la publication

Date mars 7, 2011
Auteur Mgaillard Fiche personnelle
Statut de la fiche 1. En cours de rédaction
Qualité de la fiche {{#paper_quality:{{{qualite_fiche}}}}}