TOURNUS, Chapelle Saint-Laurent

De Care
Révision datée du décembre 14, 2016 à 10:37 par Careuser (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région BourgogneFermer
Département Saône-et-LoireFermer
Commune TournusFermer
Insee 71543Fermer
Adresse/Lieu-dit Rue de la Preste
Toponyme
Propriétaire Propriété privée
Protection de l'édifice Cl. M.H. 22.12.1905
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel
Latitude 46.569823
Longitude 4.906687
Altitude

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:BourgogneFermer]]

[[Catégorie:Saône-et-LoireFermer]]

[[Catégorie:TournusFermer]]


Sources historiques et identification

Sources archéologiques

Sapin C., Lanci A., Rossignol V., Vittori L. et Blondaux L., 1989 à 1993, Rapports des travaux de 1989, 1991, 1992 et 1993, Dijon, DRAC Bourgogne.

Sources d'archives

Bibliothèque municipale de Dijon : De Truchis, ms. 2913.

Sources Bibliographie

Truchis P. de, 1906, « La chapelle Saint-Laurent de Tournus », Mémoire de la Société nationale des antiquaires de France, 65, p.1-16.

Dickson M. et C., 1935, Les églises romanes de l'ancien diocèse de Chalon, Cluny et sa région, Mâcon, p. 311-313.

Saint-Jean-Vitus B., 1993, « Tournus : une abbaye dans la ville », in Archéologie, monastère et territoire en Bourgogne, Dijon (Cahiers archéologiques de Bourgogne, 4), p. 12-15.

1996, 30 ans d’archéologie en Saône-et-Loire, catalogue d’exposition, Dijon, p.347.

Sapin C. (dir.), 1999, Les prémices de l’art roman en Bourgogne, Auxerre, p. 84.

Saint-Jean Vitus B., 2006, Tournus, le castrum, l’abbaye, la ville, XIe-XIVe siècles et prémices. Analyse archéologique d’un développement monastique et urbain, thèse de doctorat, sous la direction de Jean-François Reynaud, 2006, université de Lyon 2.

Références à la documentation graphique et photographique

Médiathèque de l'architecture et du patrimoine : [[1]]

Conservation

Cette chapelle doit faire l’objet prochainement de restauration ; aujourd’hui désaffectée, elle est utilisée lors de différentes manifestations. Une étude des enduits et un travail de restauration des peintures murales (fin XIIe siècle-début XIIIe siècle), découvertes au-dessus de l’arc triomphal, ont eu lieu entre 1989 et 1993.

Titulature actuelle

Saint-Laurent

Titulature historique

Saint-Laurent

Diocèse actuel

Autun, Chalon et Mâcon

Diocèse historique

Chalon


Contexte d’implantation

Description

La chapelle se situe au nord de l’abbatiale Saint-Philibert, à 200 m au sud de la route nationale traversant Tournus et de la ligne de chemin de fer.



Fonction

Bâtiment

ChapelleFermer

Description

Monastique


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

La fonction de cette chapelle est indéterminée. On ne sait pas actuellement si elle avait une fonction funéraire, votive ou si elle servait de lieu de procession. Située sur les terres de l’abbaye de Tournus depuis 946, on peut imaginer qu’elle devait sacraliser les abords de l’abbaye, comme on le voit à l’époque carolingienne à La Novalèse en Italie, par exemple.

TOURNUS, Chapelle Saint-Laurent (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
Plan à l'état I
Architecture

Plan

Plan longitudinal

Parties

Avec sa nef unique charpentée et son chevet plat de deux petites travées, l’édifice mesure 15 m de longueur pour une largeur de 7 m.

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png

Maçonnerie

L’appareil des murs gouttereaux est en moellons calcaires irréguliers, noyés dans le mortier et disposés en opus spicatum. Les angles de l’édifice sont en pierres de taille de moyen appareil jusqu’à une certaine hauteur. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png



Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

État I : Xe siècle, début du XIe siècle

La seconde travée du chœur se terminant par un chevet droit évoque par sa forme, son appareil de pierre et sa structure les chapelles rayonnantes de Saint-Philibert de Tournus. L’utilisation de l’opus spicatum sur une grande partie des murs gouttereaux suggère, comme pour d’autres édifices en Bourgogne, de dater sa construction du Xe siècle ou au plus tard du début du XIe siècle. Aucune fouille archéologique n’a encore été entreprise pouvant permettre d’apporter d’autres hypothèses.




Informations sur la publication

Date juin 7, 2011
Auteur Csapin Fiche personnelle
Statut de la fiche 4. Fiche non validée
Qualité de la fiche Donnée non renseignée