SALAISE-SUR-SANNE, église Saint-Just

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région Rhône-AlpesFermer
Département IsèreFermer
Commune Salaise-sur-SanneFermer
Insee 38468Fermer
Adresse/Lieu-dit Le prieuré
Toponyme
Propriétaire Commune de Salaise
Protection de l'édifice
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel
Latitude 45.3499365
Longitude 4.8170068
Altitude

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:Rhône-AlpesFermer]]

[[Catégorie:IsèreFermer]]

[[Catégorie:Salaise-sur-SanneFermer]]


Sources historiques et identification

Sources epigraphiques

Un fragment d'inscription tardo-antique et un bas-relief en marbre suggèrent la présence voisine d'une ancienne villa.

Sources indirectes

Martyrologium Jurense et necrologium, manuscrit de la bibliothèque de Besançon, voir dom Benoît, Histoire de l'abbaye et de la terre de Saint Claude, Montreuil-sur-Mer, 1890-92, p. 361.

Sources archéologiques

Fouilles J.-F.Reynaud 1990-1993 à l'intérieur de la nef et en façade de l'église (rapport déposé au Service Régional de l'Archéologie).

Sources d'archives

En 847 sous le règne de Lothaire 1er et sous l'abbé Agilmar de Condat, le comte Othon, son épouse Adalsinde, leur fils le moine Amblard donnent à l'abbaye de Condat le domaine de Salegiae : "Cellam Borbontiae atque Salegiae" (Martyrologium Jurense et necrologium, p. 361. En 852 l'empereur Lothaire rappelle les droits de l'abbaye de Saint-Oyend alors dirigé par Rémi archevêque de Lyon. Des reliques de saint Just moine de Condat auraient été cédées par l'abbé Agilmar bientôt évêque de Vienne (mort en 859) (Gallia Christiana, 16, p. 44).

Sources Bibliographie

Cavard P., Le prieuré St-Claude à Salaise-sur-Sanne, ms de la BM de Vienne, ADI 2J 575. Reynaud J.-F., Ronco Ch, Le prieuré de Salaise-sur-Sanne (Isère), Pages d'archéologie médiévale en Rhône-Alpes, n°1, 1994, p. 107-116. Reynaud J.-F., Le prieuré de Salaise-sur-Sanne dans Collectif, Pays de Roussillon, Patrimoine en Isère, 2003, p.65-68.

Conservation

Eglise romane conservée

Titulature actuelle

Saint-Just

Titulature historique

Saint-Just

Diocèse actuel

Vienne

Diocèse historique

Grenoble et Vienne


Contexte d’implantation

Description

Vallon au bord de la Sanne et à l'écart du village moderne développé au XIXe s autour de la nouvelle église. Le site comporte une église romane récemment restaurée et des bâtiments prioraux précédés de trois édifices retrouvés en fouille.

Structures antérieures

Un fragment de bas-relief en marbre.


Fonction

Bâtiment

PrioraleFermer

Description

Eglise priorale et paroissiale


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

L'abbaye de Condat fonda au IXe s. un prieuré sur la route du Midi. La présence de reliques contribua à son essor et à son maintien.

SALAISE-SUR-SANNE, église Saint-Just (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan inconnu

Parties

Edifice très mal conservé observé à l'ouest de l'édifice actuel : bâtiment dont on ne connait que deux fragments de murs parallèles nord et sud, distants de 5 m, et désaxés par rapport à l'édifice actuel et antérieurs à des tombes à entourage de galets. Présence d'une nef ?

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png

Maçonnerie

Mur de galets liés à l'argile. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

Emplacement

Trois sépultures à entourage de galets recoupent un niveau d'incendie qui pourrait être contemporain de cet édifice. Trois autres sépultures semblent antérieures à l'état 2.

Structure

Sépultures à entourage de galets.

Inscriptions

EmptyData.png


Etat II

Etat II
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan inconnu

Parties

Edifice très lacunaire observé sous la nef actuelle et à l'extérieur, à l'ouest : fragment de mur nord-sud en galets terminé au sud par un bloc calcaire (peut-être un chainage d'angle), trois blocs de tuf maçonnés au nord ; à l'est un sol d'argile parfois surmonté d'un sol de mortier très fin, suit un tracé semi-circulaire. On pourrait donc envisager un édifice pourvu d'une courte nef et d'une abside orientale.

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png

Maçonnerie

Mur de galets de de tuf, un bloc calcaire.

Sol

Sol d'argile surmonté d'une fine couche de mortier. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png


Etat III

Etat III
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan longitudinal

Parties

L'édifice est mieux connu en plan (nef et choeur). Les murs sont conservés en fondation ou en murs fantômes. Choeur carré d'environ 7m et une nef rectangulaire de 10m de large et 17m de long.

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png

Maçonnerie

Murs en galets conservés à l'épaulement nord-est de la nef et en chaînage à l'entrée du choeur ainsi qu'à l'angle nord-ouest de l'édifice.

Sol

Le sol du choeur est conservé sous la forme d'un hérisson de galets surmonté d'un mortier ; un deuxième niveau de mortier lissé est rajouté postérieurement après un incendie. Dans la nef, le sol est constitué d'un remblai argileux contenant de la céramique à fonds marqués et des tessons glaçurés. EmptyData.png

Autres

Une ouverture peut être reconstituée au nord-est de la nef (interruption des fondations pour constituer un seuil). EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Siège

Dans la moitié est et au nord de la nef, un muret de moellons balsatiques (conservé sur 1m de longueur) dont seule la face interne était enduite suggèrent la présence de bancs en bois réservés aux moines. EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png



Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

La typologie des murs en galets, la présence de céramiques à décors à la molette, le type de sépultures (entre le IXe s. et le XIe s.), une monnaie de Louis le Pieux (814-840) ou de Louis II (855-875) suggèrent l'époque carolingienne pour l'état I. En chronologie relative, le sol est antérieur à une couche d'argile contenant des céramiques à fonds marqués (Xe s.-XIe s.). On pourrait donc placer l'édifice du second état au IXe - Xe s. La typologie de l'édifice de l'état III (nef et choeur carré) qui se retrouve dans toute l'Europe occidentale et se multiplie autour de l'an Mil par exemple à la chapelle de la Motte d'Albon et à Saint-Rambert-sur-Loire, la présence de céramiques à fonds marqués, rend plausible une datation autour de l'an Mil A discuter : l’apparition des fonds marqués dès le IX-Xe siècle.




Informations sur la publication

Date décembre 17, 2013
Auteur Jfreynaud Fiche personnelle
Statut de la fiche 4. Fiche non validée
Qualité de la fiche Fiable