PRATZ, monastère de la Balme

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCE
Région Franche-Comté
Département Jura
Commune PratzFermer
Insee 39440Fermer
Adresse/Lieu-dit Hameau de Saint-Romain-de-Roche
Toponyme Vers la chapelleFermer
Propriétaire
Protection de l'édifice Cl. MH 28.02.1931 de la chapelle du XIIIe siècle, site inscrit le 25.09.1944
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel D 05 parcelle 667 (chapelle actuelle Saint-Romain)
Latitude 46.362559
Longitude 5.746536
Altitude

[[Catégorie:PratzFermer]]


Sources historiques et identification

Sources indirectes

1968, Vie des Pères du Jura, éd. Martine F., (Sources chrétiennes, 142), Paris, p. 265-269, 305-307, 361,

Grégoire de Tours, 1968, Vie des Pères, éd. Martine F., (Sources chrétiennes, 142), Paris, p. 461.


Sources Bibliographie

Rousset A., 1857, Dictionnaire historique, géographique et statistique des communes du Jura, t. 5, p. 327-328.

Vayssière A., 1870, La chapelle Saint-Romain de Roche, Saint-Claude, p. 11.

Benoît Dom P., 1890-1892, Histoire de l’abbaye et de la terre de Saint-Claude, Montreuil-sur-Mer, 2 vol, t. I, p. 62, 119-121.

Moyse G., 1973, Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Ve-Xe siècle), extrait BEC, CXXXI, Paris, p. 23-24, 45-46 .

Lacroix P., 1981, Églises jurassiennes, romanes et gothiques, Besançon, p. 219-221.

Cuaz J., 1983, « Le site archéologique de Saint-Romain de Roche », in Bulletin des Amis du Vieux Saint-Claude, n° 6, 1983, p. 3-5.

Bully S., 1997, « À propos des origines du monachisme sanclaudien », Bulletin des Amis du Vieux Saint-Claude, n°20, p. 36.

Rothe M.-P., 2001, Carte archéologique de la Gaule. Le Jura 39, Paris, p. 580-581.

Conservation

Aucun élément du monastère du haut Moyen Âge n’est conservé. Ne subsistent actuellement sur le site présumé de ce monastère qu’une chapelle sous le vocable de Saint-Romain construite au XIIIe siècle, ainsi qu’un autel d’époque indéterminée, sur une éminence au nord de la chapelle, que la tradition place sous le vocable de Saint-Martin.

Titulature historique

Titulature inconnue, puis Saint-Romain (1242).

Il n’est question que du toponyme « la Balme » dans la Vie des Pères du Jura. Le vocable Saint-Romain apparaît au XIIIe siècle avec les premiers documents concernant le prieuré qui s'établit au hameau de Saint-Romain.

Diocèse actuel

Saint-Claude

Diocèse historique

Besançon


Contexte d’implantation

Description

Le lieu présumé d’installation du monastère de moniales de la Balme est un promontoire rocheux dominant la vallée de la Bienne de plus de 200 m. Une chapelle romane sous le vocable de Saint-Romain occupe l’extrémité de ce promontoire, au sortir d’un petit défilé. Depuis cette terrasse, on descend en pente assez raide jusqu’à la Bienne et au village de Vaulx-les-Saint-Claude. La chapelle est elle-même surplombée par un replat occupé par un autel auquel la tradition attribue le vocable de Saint-Martin. L’ensemble est placé au pied d’un arc rocheux qui se développe au nord-est de la chapelle.

Structures antérieures

Non loin de la chapelle, une grotte dite « de Saint-Romain » a livré en 1970 une sépulture du Chalcolithique, sous un niveau du bronze final IIIb. De plus, au pied de la terrasse occupée par la chapelle aurait été découverte une nécropole ayant livré des coquilles percées, ainsi qu’un scramasaxe.

Habitat contemporain

En 1999, un atelier de métallurgiste de la première moitié du VIIe siècle a été découvert, au nord du village de Pratz, au lieu-dit le Curtillet, à quelques kms de la Balme.


Fonction

Bâtiment

MonastèreFermer

Description

Monastique, pèlerinage, puis prieuré au moins depuis le XIIIe siècle.


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

D’après l’auteur anonyme de la Vie des Pères du Jura, composé au début du VIe siècle, le monastère de la Balme aurait été fondé par Romain et Lupicin (avant 460, date présumée de mort de Romain), par ailleurs à l’origine des établissements de Condat (Saint-Claude) et Laucone (Saint-Lupicin). Ils auraient installé là leur sœur pour diriger une communauté de vierges qui compta jusqu’à 105 moniales. On ne connaît des bâtiments qui composèrent ce monastère que l’existence d’une basilique. Les moniales y étaient inhumées et elle devint également le lieu de sépulture de Romain, mort à la Balme lors d’une visite qu’il rendait à sa sœur. Le récit de Grégoire de Tours (moins développé et plus éloigné des faits, donc moins fiable) diffère cependant du récit de l’Anonyme puisqu’il nous apprend qu’une basilique fut érigée sur son tombeau. Rien n’est dit par ailleurs dans ces deux récits de l’église principale du monastère ou de tout autre édifice qui lui aurait appartenu. On ignore si la chapelle actuelle succéda à l’une ou l’autre des églises du monastère, ou si celle-ci n’est à mettre en relation qu’avec le prieuré d’hommes créé à une époque indéterminée (les premiers documents qui le concernent remontent au XIIIe siècle) et dépendant de l'abbaye de Saint-Claude. Le monastère de la Balme n’aurait pas eu en tout cas une grande postérité et pourrait avoir disparu dès le VIe siècle.

PRATZ, monastère de la Balme (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
Architecture
[[Image:{{{PlanEtat}}}|thumb|left|border|135px|Plan à l'état I]] Plan Plan inconnu
Edifices Le récit de la Vie des Pères du Jura, dont on place la composition vers 512, et la Vie des Pères écrite par Grégoire de Tours vers 585-590, mentionnent une basilique, a priori funéraire, dans laquelle les moniales étaient inhumées et qui accueillit également le tombeau de Romain, mort vers 460. Le récit de l’Anonyme laisse entendre que cet édifice était situé à l’extérieur du monastère.
Espaces funéraires
Emplacement et relation avec les édifices
Structure



Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

État I : Entre 430-435 et 460 environ

Cette datation repose sur le récit de l’Anonyme auteur de la Vie des Pères du Jura qui rapporte clairement la fondation, du vivant des deux frères, du monastère de la Balme (Romain serait arrivé à Condat vers 430-435 et serait mort vers 460).



Date décembre 2, 2011
Auteur Abully Fiche personnelle