PORTBAIL, baptistère

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région Basse-NormandieFermer
Département MancheFermer
Commune PortbailFermer
Insee 50412Fermer
Adresse/Lieu-dit Clos Saint-Michel
Toponyme
Propriétaire Commune
Protection de l'édifice CLMH 01/07/1958
Références cartographiques IGN 1211-OT
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel K-1049
Latitude 49.335812
Longitude -1.699250
Altitude 12 m

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:Basse-NormandieFermer]]

[[Catégorie:MancheFermer]]

[[Catégorie:PortbailFermer]]


Sources historiques et identification

Sources archéologiques

Rapports de fouille : 1998, 1999 et 2008 (DRAC Basse-Normandie). BSR Basse-Normandie : 1998 (p. 67) ; 1999 (p. 81) ; 2008 (p. 87). Archéologie Médiévale (chroniques) : 1999, vol. 29 (p. 299) : 2000-2001, vol. 30-31 (p. 262) ; 2009, vol. 39 (p. 305).

Sources Bibliographie

Boüard M. de, 1958, "Le baptistère paléochrétien de Portbail", Les Monuments historiques de la France, n° 1, p. 13-17. Boüard M. de, 1967, "Nouvelles fouilles autour du baptistère", Annales de Normandie, n° 4, p. 337-345.

Boüard M. de, 1978, "Circonscription de Basse-Normandie, Portbail", Gallia, XXXVI, fasc. 2, p. 321.

Pilet-Lemière J., 1998, "Portbail, baptistère", Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 3, p. 302-304.

Conservation

Site archéologique. Construction d'un bâtiment de protection en 1978.


Diocèse actuel

Coutances/Avranches

Diocèse historique

Coutances


Contexte d’implantation

Description

Baptistère situé dans le bourg de Portbail, à proximité des églises paroissiales Saint-Martin et Notre-Dame. Le site est localisé sur une légère butte qui domine le havre de Portbail.

Structures antérieures

Fanum du Ier siècle à 20 m à l'ouest.

Habitat contemporain

Non identifié.


Fonction

Bâtiment

BaptistèreFermer

Description

Baptismale.


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]


PORTBAIL, baptistère (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan centré

Parties

Bâtiment isolé de plan hexagonal, large de 9 m, doté de deux absidioles de part et d'autre de la porte qui ouvre au centre du pan ouest.

Matériaux et techniques de construction

Activité

Construction.

Maçonnerie

Les murs, épais de 0,55 m, sont composés d'un appareil régulier de blocs parallélépipédiques d'arkose, liés avec un mortier blanc compact contenant quelques débris de tuileau.

Sol

Sol lacunaire conservé sous forme d'une couche de mortier épaisse d'environ 0,05 m. EmptyData.png EmptyData.png

Décor

Le parement interne du vestibule (mur sud conservé) est recouvert d'une fine couche d'enduit blanc lissé sur lequel subsistent quelques traces de peinture rouge. Des fragments d'enduit portant également des traces de peinture rouge ont été recueillis dans les couches de démolition de l'édifice.

Installations liturgiques

Cuve baptismale

La piscine hexagonale (l. ext. 1,20/1,50 m ; l. int. 0,90/1,15 m ; prof. cons. 0,60 m) comporte une margelle épaisse de 0,36/0,45 m composée d'assises horizontales de tegulae liées avec un mortier rose. Elle a été creusée dans le substrat rocheux. Ses parois sont tapissées de mortier rouge, de tegulae et d'une seconde couche d'enduit hydraulique. Le système d'adduction depuis l'aqueduc consiste en une canalisation quandrangulaire arrivant du Sud-Est et rétrecie au bout pour former un jet d'eau central ; l'évacuation se faisait par un tuyau de plomb se déversant dans un puisard à l'Ouest. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Ciborium

L'épaisseur de la margelle de la cuve baptismale suggère qu'elle a pu supporter un ciborium. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png


Etat II

Etat II
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan centré EmptyData.png

Matériaux et techniques de construction

Activité

Réfection. EmptyData.png

Sol

Réfection du sol avec mise en place d'un dallage de plaques de schiste reposant sur une couche de mortier rosé. EmptyData.png EmptyData.png

Décor

Parements internes des murs recouverts d'une couche d'enduit rosé, épaisse de 0,06 m. Des plaques de schiste ont été, au moins pour la partie basse, appliquées contre cet enduit.

Installations liturgiques

Cuve baptismale

Les parois internes et le fond de la piscine sont également recouverts de dalles de schiste. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png



Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

Etat I : fin du IVe siècle ? Les techniques de construction plaident pour l'Antiquité tardive. La typologie précoce du bâtiment et de la piscine a été rapprochée de la présence de contingents dalmates en Cotentin signalée par la Notitia Dignitatum. Mais le Ve siècle n'est pas à exclure.

Etat II : Ve siècle ? La réfection du sol et du revêtement intérieur de la piscine doit intervenir après un certain temps d'utilisation.




Informations sur la publication

Date 2010/06/15
Auteur Fdelahaye Fiche personnelle
Statut de la fiche
Qualité de la fiche Donnée non renseignée