PONT-DE-ROIDE, chapelle Notre-Dame de Châtel

De Care
Révision datée du décembre 14, 2016 à 09:24 par Careuser (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région Franche-Comté Fermer
Département DoubsFermer
Commune Pont-de-RoideFermer
Insee 25463Fermer
Adresse/Lieu-dit Le Mont-Julien
Toponyme Chastel Gellin au XVIIe siècle, dérivé de Chastel Julien (on a attribué la construction de la forteresse à l’empereur Julien).Fermer
Propriétaire
Protection de l'édifice
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel A 03 parcelle 252
Latitude 47.371617
Longitude 6.766891
Altitude 584 m

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:Franche-Comté Fermer]]

[[Catégorie:DoubsFermer]]

[[Catégorie:Pont-de-RoideFermer]]


Sources historiques et identification

Sources indirectes

Richard, J. F. N., 1840, Recherches historiques…sur l’ancienne seigneurie de Neufchâtel, Besançon, p. 413-417. (Description du XVIIe siècle de l’église du Châtel-Sainte-Marie par le curé Hugues Mattetaux, tirée des archives paroissiales).

Sources archéologiques

Jeannin Y., 1972, Rapport de fouille de sauvetage portant sur le chemin d’accès à la forteresse en 1972 (flanc oriental de la butte), Direction des antiquités historiques, Besançon.

Sources d'archives

Charte de 1040 concédée par Hugues de Salins à l'abbaye de Baume-les-Dames, publiée par B. de Vregille, Hugues de Salins, thèse en 3 volumes, Lille, III, p. 45-48.

Sources Bibliographie

Richard J., 1858, Monographie de Pont-de-Roide, s. l.

1939, Mémoire de la Société d’Émulation de Montbéliard, p. XI-XII.

Jeannin Y., 1987, « Pont-de-Roide (Doubs). Forteresse du Mont-Julien ou château Julien », in Paysage monumental de la France autour de l’an mil, Barral i Altet X. dir., Picard, p. 354-356.

Odouze J.-L., 1998, « Franche-Comté. Doubs, Jura, Haute-Saône, Territoire de Belfort », in Les premiers monuments chrétiens de la France, 3, Picard, p. 121.

Joan L., 2003, Le Doubs et le territoire de Belfort, 25 et 90. Carte archéologique de la Gaule, Paris, p. 390.

Conservation

L’édifice n’est pas conservé.

Titulature historique

Sancta Maria in Castro (XIe s.)

Notre-Dame de Châté ou Chatel (XIIe s.)

Diocèse actuel

Besançon

Diocèse historique

Besançon


Contexte d’implantation

Description

Le Mont-Julien, occupé par une forteresse du haut Moyen Âge, est une colline barrant la cluse de Pont-de-Roide et contrôlant la vallée du Doubs. Le sommet de cette colline forme une plate-forme légèrement inclinée vers le nord et entourée d’abrupts.

Structures antérieures

Des vestiges mobiliers de l’âge du bronze, ainsi que des structures d’une construction romaine (villa ?) ont été reconnus sur le versant oriental du Mont-Julien en 1972. Un hypocauste avait été découvert lors de fouilles sauvages dans les années 1960.

Habitat contemporain

La chapelle était édifiée à l’intérieur d’une forteresse du Haut Moyen Âge de plan losangique, de 100 m de côté environ. Au XVIIIe s. furent découvertes sur un autre site, au lieu-dit Au Fourneau, non loin de là, des inhumations en sarcophages.


Fonction

Bâtiment

ChapelleFermer

Description

?


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

L’église ou chapelle primitive se situait, des fouilles des années 1930 l’ont démontré, à l’intérieur des murs de la forteresse du Mont-Julien. Elle fut transférée au hameau du Chatey, au pied de la colline, à une date indéterminée, peut-être au XIe siècle. Une charte de 1040 concéda à l’abbaye Sainte-Marie de Baume l’autel de l’église Sancta Maria in Castro. Il est difficile de déterminer si l'édifice concerné par cette donation était encore celui construit dans les murs de la forteresse, ou celui reconstruit au hameau du Chatey, celui-ci étant toujours désigné, dans des bulles d’Innocent II et Célestin II, par le vocable faisant référence au Châtel (hameau ou forteresse, la question n’est pas tranchée).

PONT-DE-ROIDE, chapelle Notre-Dame de Châtel (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan longitudinal

Parties

À l’intérieur de la forteresse, une structure de 15 m x 20 m pourrait correspondre à la chapelle.

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png

Maçonnerie

Des moellons maçonnés ou posés à sec constituaient différentes parties à l’intérieur de la forteresse, dont la chapelle. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png

Structure

Des restes de sarcophages, trapézoïdaux, en calcaire oolothique ou en tuf, ont été retrouvés lors de la fouille des années 1930. L’un d’eux portait sur son couvercle une croix « dont le pied se termine par une sorte de fourche à volutes en léger relief » (Jeannin, 1987, p. 355). Des armes, mérovingiennes et probablement issues de sépultures des environs de la chapelle, ont été décrites au XIXe siècle.

Inscriptions

EmptyData.png



Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

État I : VIe-VIIe s. ?

Les sarcophages découverts à l’intérieur des vestiges de la chapelle, dont l’un en particulier à décor, permettent de proposer de dater l’édifice de l’époque mérovingienne. Du mobilier découvert à proximité confirme une occupation mérovingienne du mont et de ses environs.




Informations sur la publication

Date novembre 23, 2011
Auteur Abully Fiche personnelle
Statut de la fiche 1. En cours de rédaction
Qualité de la fiche Donnée non renseignée