LIMANTON, église Saint-Martin

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région BourgogneFermer
Département NièvreFermer
Commune LimantonFermer
Insee 58142Fermer
Adresse/Lieu-dit Anizy
Toponyme
Propriétaire propriété privée
Protection de l'édifice Cl. M.H. 07.07.1980
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel Parcelle 262
Latitude 46.96425
Longitude 3.74351
Altitude 228 m

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:BourgogneFermer]]

[[Catégorie:NièvreFermer]]

[[Catégorie:LimantonFermer]]


Sources historiques et identification

Sources indirectes

Soultrait G. comte de, 1875, Dictionnaire topographique de la Nièvre, Paris, p. 10.

Sources archéologiques

1989, Nièvre (58), Ancienne église Saint-Martin d’Anizy, demande de fouilles 1990, Dijon, DRAC Bourgogne.

Roiné N., 1991, Saint-Martin d’Anizy, Dijon, DRAC Bourgogne.

Sources d'archives

Archives départementales de la Nièvre : 2 Fi 15 ; 12 G 6 ; 12 G 123 ; E (inventaire Flamare).

Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : [[1]]

Service départemental de l’architecture et du patrimoine de la Nièvre : Dossiers travaux 1979-1981.

Sources Bibliographie

De Galéjac, 1981, « Manoirs et châteaux du Nivernais », Annales des Pays Nivernais, 2, p. 2-3 (n° 32).

1996, 30 ans d’archéologie dans la Nièvre, catalogue d’exposition, Nevers, p. 231.

Collette B., 2003, « Limanton, château d’Anizy », in Châteaux et manoirs du Nivernais, t. 1, Nevers, p. 218-223.

Conservation

Des fouilles archéologiques ont été effectuées en 1988 puis en 1990 et 1991. L’édifice a été restauré et les fouilles rebouchées.

Titulature historique

Saint-Martin

Diocèse actuel

Nevers

Diocèse historique

Nevers


Contexte d’implantation

Description

L’église se situe sur la propriété privée du château d’Anizy, sur la commune de Limanton. Le village, qui s’élevait autour de l’église, a aujourd’hui disparu pour laisser place à un haras au XVIIIe siècle, puis des bâtiments agricoles construits au XIXe siècle lorsque le château a été transformé en exploitation agricole. Le château, à caractère militaire et défensif, a été repris au XVIIe siècle, mais des éléments architecturaux laissent entrevoir qu’il existait déjà un édifice dès le XIIe siècle. Le site est placé sur un gué de la rivière de l’Aron, provoquant des inondations fréquentes.

Structures antérieures

Dans la demande de fouilles de 1989, il est signalé que le plus ancien niveau correspond à un sol de terrazo, avec incrustation de marbre caractéristique d’une occupation antique, au plus tôt du IIIe siècle. Le sol s’étend au-delà de l’église actuelle. En 2000, un édifice possédant la forme d’une cella d’un temple gaulois a été découvert avec un socle destiné à accueillir la statue d’une divinité gauloise. Toutefois, la localisation n’est pas précisée.


Fonction

Bâtiment

ÉgliseFermer

Description

Paroissiale


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

Dans les années 960, il est fait mention d’une parrocchia di Anizia sous la tutelle des comtes de Nevers. Le titre est réaffirmé en 1130 et en 1142, la paroisse apparaît comme ecclesia de Anisiaco (inventaire Flamare, série E).

LIMANTON, église Saint-Martin (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan inconnu

Parties

Un mur servant d’assise à l’actuel mur diaphragme sépare le chœur et la nef. Il pourrait appartenir à cet état. Un autre mur forme un hémicycle autour d’un sol identifié comme étant contemporain. Cependant, la liaison entre ces deux structures n’est pas claire et ne permet d’être relié avec certitude. Le mur gouttereau nord a conservé ses ouvertures étroites ainsi que la petite fenêtre orientale murée dans le bas-côté nord de l’actuel mur diaphragme.

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png EmptyData.png

Sol

Le sol était mentionné en opus sectile dans le rapport de fouilles 1989 et en opus signinum dans le rapport de 1991. Des fragments de mosaïques et des tesselles ont également été retrouvés sous le sol de l’édifice du XIIIe siècle. EmptyData.png EmptyData.png

Décor

Un enduit peint a été identifié sur le mur, sans autre précision.

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

Emplacement

Dans le chœur de l’église du XIIIe siècle, a été découverte une aire d’inhumations du VIIIe-IXe siècle. En outre, trois sépultures sont signalées lors des fouilles de 1855-1856, dont deux étaient engagées sous d’anciennes substructions. EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png



Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

État I : Antiquité tardive ou période préromane

Le sol retrouvé dans le chœur en opus signinum ou opus sectile fonctionne avec l’enduit peint du mur d’assise situé entre la nef et le chœur. Le schéma du sol semble définir une forme semi-circulaire, toutefois la responsable des fouilles de 1991 ne semble pas y voir une abside. Des fragments de mosaïques ont été retrouvés dans les remblais supérieurs d’une fosse réservée à des inhumations en cercueils traversant longitudinalement le chœur.




Informations sur la publication

Date novembre 7, 2011
Auteur Csapin Fiche personnelle
Statut de la fiche 3. En cours de relecture
Qualité de la fiche Incertain