JALOGNY, église Saint-Pierre

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région BourgogneFermer
Département Saône-et-Loire Fermer
Commune JalognyFermer
Insee 71240Fermer
Adresse/Lieu-dit Mont Saint-Pierre
Toponyme
Propriétaire Privé
Protection de l'édifice
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel
Latitude 46.420673
Longitude 4.629866
Altitude

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:BourgogneFermer]]

[[Catégorie:Saône-et-Loire Fermer]]

[[Catégorie:JalognyFermer]]


Sources historiques et identification

Sources archéologiques

Barthélémy A., 1977, Fouilles de sauvetage sur la Montagne Saint-Pierre, Dijon, DRAC Bourgogne.

Sources Bibliographie

Monnier A.-E., 1862, Annuaire Saône-et-Loire, p. 345.

Chavot Th., 1884, Le Mâconnais, géographie historique contenant le dictionnaire topographique de l'arrondissement de Mâcon, Paris p. 197.

Jeanton G., 1926, Mâconnais gallo-romain, t. 2, p. 26.

1982, « Jalogny : la chapelle de la Montagne Saint-Pierre », G.a.m. Info, 1, p. 5-10.

Gaillard de Semainville H., 1984, Cimetières mérovingien, 1980, p. 36.

1993, « Jologny », in Carte Archéologique de la Gaule, 71/3 (Saône-et-Loire), p. 201-202 (notice 154).


Titulature historique

Saint-Pierre

Diocèse actuel

Mâcon

Diocèse historique

Mâcon


Contexte d’implantation

Structures antérieures

Quelques tessons gallo-romains, dont de rares fragments de sigillée, ont été signalés lors de la fouille de 1977 et supposent une occupation dès l’Antiquité à ce site de hauteur. Une tombe a été trouvée dans l’alignement d’un mur ouest, mais au-dessous de celui-ci, et donc certainement remblayé au moment de l’érection de l’édifice.


Fonction

Bâtiment

ÉgliseFermer


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]


JALOGNY, église Saint-Pierre (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan basilical (longitudinal)

Parties

Le rapport ancien mentionne un plan basilical rectangulaire à large abside et narthex peu profond que l'on ne retrouve pas sur le plan déposé au SRA. La façade ouest, à l'entrée de l’édifice, aurait possédé une zone dallée de largeur supérieure à la largeur moyenne des murs. « Un aménagement en éléments concentriques fait penser à l’embase d’un pilier. » Le mur sud de la nef a été retrouvé, mais la jonction avec l’abside n’a pu être précisée. À l’extérieur, subsistaient des contreforts qui pénétraient dans la maçonnerie en présentant une structure différente (éléments de blocage très hétérogènes, mortier d’aspect terreux avec peu de cran et peu de chaux).

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png

Maçonnerie

Le mur maçonné de l’abside a une largeur de 1,15 m. Une semelle débordante, interrompue par une petite fosse, limite les murs. Les murs ont un mortier rougeâtre à base de sable granitique (cran), mais aussi un mortier blanc à base de chaux et de sable de rivière.

Sol

Dans l’abside, le pavage est très rudimentaire en pierre brute avec des éléments de dimensions moyennes. Il est superposé à une couche de terre noire de 0,05 à 0,10 m d’épaisseur. La façade ouest, entrée de l’édifice, comportait une zone dallée de largeur supérieure à la largeur moyenne des murs. EmptyData.png

Autres

Un aménagement en éléments concentriques fait penser à l’embase d’un pilier. EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

Emplacement

Une sépulture se situait en bordure de l’abside sous une dalle brute avec les pierres de rive. La sépulture VIII, en bordure de l’abside, comportait des pierres dressées en cippe à la tête et au pied pour l’ensemble de cette tombe maçonnée. EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png


Etat II

Etat II
EmptyData.png Architecture

EmptyData.png EmptyData.png

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

Emplacement

Un sarcophage de grès est signalé au sud-ouest de l’église. À côté existait une sépulture en coffre. Dans le même prolongement, on note deux autres sépultures. La troisième tombe a été dégagée avec les autres. La sépulture VII, à l’extérieur de l'abside, était comme la tombe d’enfant V, une tombe double. Elle abritait un squelette d’enfant et dessus un adulte. Elle n’était pas engagée sous les assises de l’abside, donc elle était postérieure à la chapelle.

Structure

La sépulture VII était faite de petites dalles sur chant abritant. À côté du sarcophage de gré, une sépulture en coffre à parois était faite de dalles brutes posées sur un chant. La troisième tombe était constituée de parois construites sur une forme trapézoïdale, avec un fond constitué par le banc rocheux.

Inscriptions

EmptyData.png


Objets dispersés non rattachables à l'architecture de l'église

Liste des objets

Deux fragments de marbre sont signalés sans plus de description et sans que l’on sache s’ils appartenaient à un aménagement liturgique.


Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

État 1 : VIIe siècle

En dépit du peu de renseignements fournis sur cette fouille ancienne, la présence de cette église et des sépultures suggèrent une datation du haut Moyen Âge, peut-être du VIIe siècle, si l’on tient compte des sarcophages trouvés en 1977 et ceux signalés en 1926. D’autre part, la dernière fouille évoque la présence d’un mobilier de tessons du groupe I de Sevrey (VI-VIIe siècle, qui confirmerait l’occupation lors de ce premier état.


État II : IXe-XIe siècle

Certaines des sépultures en pleine terre ou en coffre maçonné pourraient être plus tardives et en relation avec l’usage du site, encore signalé par la présence d’une chapelle dans le cartulaire de Cluny (984 et 994). Là, également, plusieurs tessons retrouvés appartiennent au groupe II de Sevrey (IXe-XIe siècle) et pourraient corroborer un second état sans que l’on puisse définir l’aspect constructif.




Informations sur la publication

Date 2011/03/21
Auteur Csapin Fiche personnelle
Statut de la fiche
Qualité de la fiche Donnée non renseignée