HAUTEVILLE-LÈS-DIJON, église Saint-Pierre

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région BourgogneFermer
Département Côte-d'OrFermer
Commune Hauteville-lès-DijonFermer
Insee 21315Fermer
Adresse/Lieu-dit rue de la Cogné
Toponyme
Propriétaire Commune
Protection de l'édifice
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel
Latitude 47.364251
Longitude 4.994101
Altitude

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:BourgogneFermer]]

[[Catégorie:Côte-d'OrFermer]]

[[Catégorie:Hauteville-lès-DijonFermer]]


Sources historiques et identification

Sources indirectes

Courtépée C. et Béguillet M., 1847-1848, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Avallon, t. 2, p. 203.

Roserot A., 1924, Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Paris, p. 198.

Sources d'archives

Archives départementales de la Côte-d’Or : C 537 (dossier de réparation à l’église, 1778-1790) ; G 361-362 (chartes et extraits de terrier) ; G 4016 (comptes de fabrique) ; 10 H 28 (devis de travaux de 1771) ; Q 611 (Hauteville, 1813-1817) ; Q 778-2 (1790-an III) ; Q 179-1 (1790-1793) ; 2 O 323 1 et 3.

Bibliothèque municipale de Dijon : Denizot abbé J., Encyclopédie du département de la Côte-d'Or, contenant, par ordre alphabétique, tous les noms anciens et modernes des localités... (commencée en 1866), t. 3, p. 274-275. Épery R., Répertoire archéologique de la Côte-d'Or : notes manuscrites et coupures de presse classées par ordre alphabétique des localités, Dijon : Bibliothèque municipale, 1995, 69 microfiches de 98 vues.

Sources Bibliographie

Guillaume A., 1983, La Côte-d'Or : guide du touriste, de l'archéologue et du naturaliste, 3e éd., Dijon, p. 286.

Sapin C., 2006, La Bourgogne romane, Dijon, p. 70.


Titulature actuelle

Saint-Pierre

Titulature historique

Saint-Pierre

Diocèse actuel

Dijon

Diocèse historique

Langres


Contexte d’implantation

Description

L’église, sur un terrain incliné, s’inscrit au cœur du village.



Fonction

Bâtiment

ÉgliseFermer

Description

Paroissiale


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

La plus ancienne mention de l’ecclesia sancti petri de Alta villa apparaît en 903 dans un acte réglant un différent entre l’évêque de Langres et l’abbaye Saint-Étienne de Dijon à propos de Dîmes (Ch. Saint-Étienne, n° 17). C’est probablement l’église paroissiale d’une seigneurie, dont le tiers sera donné en aumône à l’abbaye Saint-Étienne en octobre 1234 par Jean de Beire (ADCO, G 361). Une partie ou la moitié de la seigneurie appartenait à l’abbaye de Seine-Seine. À la fin du XVIIIe siècle, Courtépée décrit le clocher et une partie de la paroisse comme étant sous la baronnie de Vantoux et l’autre partie de l’abbaye de Saint-Seine (Courtépée, t. 2, p. 203). À la même époque, elle apparaît comme appartenant à la manse abbatiale de Saint-Seine.

HAUTEVILLE-LÈS-DIJON, église Saint-Pierre (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
Plan à l'état I
Architecture

EmptyData.png

Parties

L’édifice, à l’origine, se composait d’une nef unique d’environ 6 m de large sur 10 m de long. D’origine, l’édifice a conservé le mur de façade percé d’une porte remaniée et le mur gouttereau nord des deux premières travées et une partie de la troisième.

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png

Maçonnerie

L’appareil est constitué de pierres calcaires plates, placées alternativement en épis (opus spicatum), avec parfois une assise horizontale. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png



Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

Etat I : Xe-début XIe siècle

L’usage de l’appareil en opus spicatum suggère un premier état de la construction au cours du Xe siècle ou au plus tard au début du XIe siècle, si l’on en juge par cette technique utilisée dans d’autres églises de Bourgogne à cette période. On ne peut cependant affirmer qu’il s’agisse de l’état de l’église citée en 1003 ou une reconstruction de celle-ci.




Informations sur la publication

Date mars 7, 2011
Auteur Csapin Fiche personnelle
Statut de la fiche 4. Fiche non validée
Qualité de la fiche Fiable