EVANS, église du « Champ des Vis »

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région Franche-Comté Fermer
Département JuraFermer
Commune ÉvansFermer
Insee 39219Fermer
Adresse/Lieu-dit Champ des Vis
Toponyme L’église est située en un lieu désigné par le cadastre ancien par le toponyme « Champ des Vies ».Fermer
Propriétaire Commune
Protection de l'édifice Cl. MH 18.11.1991
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel ZD 01, parcelles 111, 112
Latitude 47.179183
Longitude 5.778250
Altitude 293 m

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:Franche-Comté Fermer]]

[[Catégorie:JuraFermer]]

[[Catégorie:ÉvansFermer]]


Sources historiques et identification

Sources archéologiques

Jacob J.-P., 1988, « Informations archéologiques. Circonscription de Franche-Comté, Jura », in Gallia Informations, 2, 1987-1988, p. 98.

Mordant Cl., 1991, « Informations archéologiques. Circonscription de Franche-Comté, Jura », in Gallia Informations, 2, p. 30.

Sources Bibliographie

Bonvalot N., 1987, « Évans (Jura) : église funéraire du haut Moyen Âge », in Archéologie Médiévale, XVII, p. 196-197.

Bonvalot N., Manfredi S., Passar F., Urlacher (J.-P.), oct. 1989, « Nécropoles médiévales en Franche-Comté », in Archeologia, n°250, p. 44-58.

Bonvalot N., 1992, « Avant l’an mil, une église funéraire jurassienne », Cahiers dolois, n°9, p. 25-30.

Bonvalot N., 1995, « L’église mérovingienne du « Champ des Vis » à Évans », in Éclats d’histoire, 25000 ans d’héritage, 10 ans d’archéologie en Franche-Comté, Besançon, éd. Cêtre, p. 349-352.

Bonvalot N., Laffy I., 1995, « Évans (Jura). Céramiques des VIIe et IXe s. dans un contexte funéraire : l’église du «Champ des Vis» », in Ex pots…Céramiques médiévales et modernes en Franche-Comté, Catalogue d’exposition (Montbéliard, Musée des ducs de Wurtemberg), Lons-le-Saunier, éd. CJP, p. 47-49.

Bonvalot N., 1998, « Évans. Église du « Champs des Vis » », in Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 3, éd. Picard, t. 3, p. 127-131.

Bonvalot N., 2003, « Les nécropoles mérovingiennes d’Évans (Jura) et le contexte de la moyenne vallée du Doubs depuis la fin de l’Antiquité », in Burgondes, Alamans, Francs, Romains dans l’est de la France, le sud-ouest de l’Allemagne et la Suisse. Ve-VIIe siècle après J.-C., Actes des XXIe journées internationales d’archéologie mérovingienne. Besançon, 20-22 octobre 2000, PUFC, p. 111-128.

Rothé M.-P., 2003, Le Jura, 39, Carte archéologique de la Gaule, Paris, p. 380-382.

Bonvalot N., 2004, « L’église paléochrétienne d’Évans et l’émergence du réseau paroissial », in Mérovingiens dans le Jura, Itinéraires jurassiens, éd. du CJP, p. 24-27

Conservation

Dans l’attente d’une mise en valeur, les structures ont été remblayées afin d’assurer leur pérennité.

Titulature historique

Inconnue

Diocèse actuel

Saint-Claude

Diocèse historique

Besançon


Contexte d’implantation

Description

L’église funéraire est située sur le territoire d’Évans, petite commune à mi-distance de Besançon et Dole, au sommet d’une colline dominant la vallée du Doubs et à proximité de l’ancienne voie romaine reliant Besançon à Chalon-sur-Saône.

Structures antérieures

Un habit rural d’époque romaine a été reconnu à 3 km du site.

Habitat contemporain

Inconnu mais induit par l’existence de la nécropole du Champ des Vis et de celle des Sarrazins, au sud de la commune d’Évans.


Fonction

Bâtiment

ÉgliseFermer

Description

Funéraire


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

Le site de l’église du « Champ des Vis » et de sa nécropole a été découvert en 1986 à l’occasion de travaux de viabilisation ; il a ensuite fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles entre 1987 et 1999. Dès le XIXe siècle, puis en 1982 et 1995 sont découvertes des sépultures mérovingiennes au lieu dit « Aux Sarrazins », à un 1 km environ au sud-ouest de l’ensemble funéraire. Ce cimetière pourrait avoir été progressivement abandonné au profit de l’ensemble funéraire du « Champ des Vis ». Deux autres cimetière mérovingiens ont été fouillés sur la commune voisine de Saint-Vit et ont permis d’attester la présence des Francs dans cette localité. Les vestiges de l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, mentionnée en 1145, ont été reconnus à environ 500 m de l’église funéraire d’Évans.

EVANS, église du « Champ des Vis » (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan longitudinal

Parties

Plan en tau. L’église, orientée nord-est sud-ouest, mesure 20,50 m de longueur pour 16 m de largeur, et présente une nef de 10,05 pour 6,50 m de largeur dans œuvre. Des bas-côtés ou des portiques, d’une largeur de 3,50 m (l’incertitude demeure en raison de l’importance de l’arasement des vestiges), flanquent la nef. Le chœur (4,30 m de côté) est de plan quadrangulaire à chevet plat. Des fondations permettent de supposer l’existence d’un arc triomphal entre le chœur et la nef. 2,60 m en avant du chœur, deux segments de fondations symétriques servaient sans doute de support à une clôture délimitant le presbyterium.

Matériaux et techniques de construction

Activité

Construction

Maçonnerie

Tous les matériaux sont des calcaires d’extraction locale (Bajocien inférieur). Les maçonneries sont constituées de moellons calcaires liés par un mortier de chaux sur des fondations formées d’une rangée de dallettes calcaires posées obliquement sur chant et sans liant.

Seules des fondations ou portions de fondations subsistent, sur une hauteur moyenne de 0,30 m et une largeur maximale de 0,60 m. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Décor

Des éléments sculptés en remploi (notamment un tailloir) dans une tombe tardive pourraient provenir du décor de l’église.

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png

Autel

L’emplacement de l’autel serait indiqué par la répartition des inhumations sur le pourtour du chœur. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

Emplacement

Aucune sépulture antérieure à l’église n’a été découverte. Les sépultures occupent toutes les parties de l’édifice, avec une densité importante dans la nef. La nécropole compte un effectif total de 248 individus pour 151 sépultures fouillées, s’échelonnant entre le VIIe et le IXe siècle. Plusieurs types ont été reconnus : coffres en dalles ou moellons, coffres maçonnés, cercueils monoxyles, coffrages de planches, sépultures en pleine terre, tombes en pierres sèches à tendance ovalaire, sarcophages se rattachant en typologie au type Bourguigno-Champenois et dont les panneaux sont ornés de motifs géométriques ou chrétiens. Une tombe privilégiée, maçonnée, accolée à l’angle occidental de la nef, a été reconnue. Elle pourrait appartenir au fondateur de l’édifice. Le mobilier funéraire est peu abondant : anneaux, bagues (dont une portant une inscription), accessoires de vêtement. EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png


Etat II

Etat II
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan longitudinal

Parties

Des annexes symétriques sont construites de part et d’autre du chœur. Mesurant 3,10 x 3,55 m, elles sont donc légèrement moins profondes que le chœur. Elles présentent une extension partielle en largeur de 0,95 x 2,60 m de dimensions intérieures.

Quelques indices ténus permettent de proposer l’existence d’un portique flanquant la façade sur toute sa largeur. Un porche central permettrait de communiquer avec la nef. Ce portique appartiendrait au même état ou à une troisième phase.

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

Emplacement

Une sépulture masculine, située dans l’annexe orientale de l’église, présentait une paire d’éperons en fer décorés d’ocelles en alliage cuivreux et de petits grenats. EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png


Etat III

Etat III
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan longitudinal

Parties

Des trous de poteaux, alignés le long des murs du « bas-côté » sud de la façade et en plusieurs endroits du portique, pourraient correspondre à un dernier état destiné à conforter l’église, avant sa ruine ou son abandon autour de l’an mil.

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png



Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

État I : VIIe s.

État II : VII-VIIIe s.?

État III : IXe s.

L’occupation du site funéraire entre les VIIe et IXe siècles est déterminée grâce au plan de l’église, à la typologie des tombes et à la datation du mobilier.




Informations sur la publication

Date octobre 18, 2011
Auteur Abully Fiche personnelle
Statut de la fiche 1. En cours de rédaction
Qualité de la fiche Donnée non renseignée