COSNE-COURS-SUR-LOIRE, chapelle Notre-Dame de Galles

De Care
Révision datée du décembre 14, 2016 à 10:04 par Careuser (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région BourgogneFermer
Département NièvreFermer
Commune Cosne-Cours-sur-LoireFermer
Insee 58086Fermer
Adresse/Lieu-dit Rue Pasteur
Toponyme
Propriétaire Commune
Protection de l'édifice
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel
Latitude 47.411612
Longitude 2.924787
Altitude

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:BourgogneFermer]]

[[Catégorie:NièvreFermer]]

[[Catégorie:Cosne-Cours-sur-LoireFermer]]


Sources historiques et identification

Sources indirectes

« Vita de l’évêque Geoffroy (1052-1076) », « Vita de l’évêque Humbaud (1087-1114) » et « Vita de l’évêque Hugues de Noyers (1183-1206) », in Gesta pontificum Autissiodorensium, éd. Duru, t. 1, p. 393-398, 402-409 et 435.

Charte de 1145 par saint Bernard, abbé de Clairveaux, ratifiant l’accord passé entre Hugues, évêque d’Auxerre et Guillaume, comte de Nevers, au sujet des châteaux que le comte tient en fief de l’évêque dont celui de Cosne, éd. Quantin, t. 1, n° CCXLVII, p. 393-397.

Charte de 1157 par Alain, évêque d’Auxerre, et Guillaume, comte de Nevers, au sujet de la ville de Cosne, éd. Quantin, t. 2, n° LXXIII, p. 75-77.

Sources archéologiques

Bouthier A., 1971, Rapport général sur les fouilles de sauvetage entreprises à l’occasion de la construction de Prisunic, Dijon, DRAC Bourgogne.

Sources d'archives

Médiathèque de l’architecture et du patrimoine : [[1]]

Sources Bibliographie

1989, « Cosne-Cours-sur-Loire », Les Annales des pays Nivernais, Nevers, t. 61-62.

Bigeard H., 1996,Carte archéologique de Gaule 58, Paris, p. 121-122.

1996, 30 ans d’archéologie dans la Nièvre, catalogue d’exposition, Nevers, p. 144.

Arnaud C., 1997, Les églises de l’ancien diocèse d’Auxerre du milieu du XIe siècle au début du XIIIe siècle. Étude historique et monumentale, thèse de doctorat d’histoire de l’art et d’archéologie, université Paris X-Nanterre.

Conservation

Les tranchées, effectuées lors de travaux dans la rue Pasteur et qui contenaient des restes de l’édifice primitif, ont été, à l’époque, très rapidement rebouchées.

Titulature actuelle

Notre-Dame de Galles

Titulature historique

Notre-Dame de Galles

Diocèse actuel

Nevers

Diocèse historique

Auxerre


Contexte d’implantation

Description

L’église Notre-Dame de Galles actuelle a été reconstruite en 1490 par l’évêque d’Auxerre Jean Baillet. Les structures attestant de la présence d’un édifice antérieur ont été découvertes sous la rue Pasteur en façade de l’édifice actuel.

Structures antérieures

Un mur gallo-romain a été repéré en 1988 sous la place Pasteur.


Fonction

Bâtiment

ChapelleFermer

Description

Chapelle du château épiscopal.


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

Au IXe siècle, en 873/879, l’évêque d’Auxerre Wala aurait fondé la chapelle Notre-Dame de Galles à Cosne-Cours-sur-Loire dans son château épiscopal, au centre de la ville. L’étude archéologique de la demeure de cet évêque a pu démontrer qu’elle existait encore à la fin du XIe siècle et qu’elle a été reconstruite au XIIe siècle.

COSNE-COURS-SUR-LOIRE, chapelle Notre-Dame de Galles (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan inconnu

Parties

L’angle sud-ouest de la façade a seul été identifié. Un plan du XVIIIe siècle montrait une avancée de la chapelle sur l’alignement de la rue. La pierre, trouvée dans les fouilles de 1971, pourrait correspondre à cet état détruit en 1897.

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png

Maçonnerie

Selon l’archéologue intervenu en 1971 : « La pierre découverte dans une tranchée, formant une semelle d’un mur reposant par l’intermédiaire d’un lit de mortier sur un pavement de rognons de silex et de moellons calcaires durs très usés, correspond sans nul doute à une chaussée pavée située à 1,07 m sous l’actuelle. » Cette pierre mesurait 0,76 m de long sur 0,21 m à 0,54 m de large et avait une hauteur de 0,26 m. Elle était placée perpendiculairement à l’axe de la chapelle Notre-Dame de Galles. EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png


Objets dispersés non rattachables à l'architecture de l'église

Liste des objets

Une monnaie féodale de Gien, datée du Xe siècle, a été trouvée sur l’empierrement de l’angle de la façade sud-ouest.


Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

État I : IXe-Xe siècle

L’angle sud-ouest, découvert en fouille, a été daté d’époque carolingienne par le responsable des fouilles à partir de la monnaie retrouvée.




Informations sur la publication

Date novembre 29, 2011
Auteur Carnaud Fiche personnelle
Statut de la fiche 3. En cours de relecture
Qualité de la fiche Moyen