CAMBRAI, groupe épiscopal

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCE
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Commune CambraiFermer
Insee 59122Fermer
Adresse/Lieu-dit Place Fénelon
Toponyme
Propriétaire
Protection de l'édifice
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel
Latitude 59122
Longitude 3.229625
Altitude 58 m

[[Catégorie:CambraiFermer]]


Sources historiques et identification

Sources indirectes

Gesta episcoporum Cameracensium; Vita Gaugerici prima, éd. KRUSCH, c. 7, 654; Vita Gaugerici tertia, éd. VAN DEN BOSCH, c. 66, 689-690 (sur les travaux de Rothard et de Gérard).


Sources Bibliographie

Le Glay A., 1825, Recherches sur l'église métropolitaine de Cambrai, Paris, p. 8-10.

Bouly, E., 1854, Dictionnaire historique de la ville de Cambrai, des abbayes, des châteaux-forts et des antiquités du Cambrésis, Cambrai, p. 404-409.

Serbat L., 1929, "Quelques églises anciennement détruites du Nord de la France", dans Bulletin monumental, 88, p. 406.

Thiébaut J., 1993, "Les cathédrales préromanes de Cambrai", dans L’art du haut Moyen Âge dans le nord-ouest de la France, actes du colloque de Saint-Riquier (22-24 septembre 1987), M. Perrin et D. Poulain (dir.), Greifswald, p. 61-76 (Wodan, 23).

Mériaux Ch., 2006, Gallia irradiata. Saints et sanctuaires dans le nord de la Gaule au haut Moyen Âge, p. 260-261.

Mériaux Ch., 2006, "Sépultures, reliques et mémoire des évêques de Cambrai (VIe-XIe siècles)", dans Sépulture, mort et symbolique du pouvoir au Moyen Âge, M. Margue (dir.), Luxembourg (Publications du CLUDEM, 18), p. 133-170.

Dabrowska E., 2006, « Cambrai », dans Topographie chrétienne de cités de la Gaule, XIV, Province ecclésiastique de Reims (Belgica secunda), Paris, p. 103.

Conservation

Edifices disparus

Titulature historique

Sainte-Marie et Sainte-Croix

Diocèse actuel

Cambrai

Diocèse historique

Cambrai


Contexte d’implantation

Description

Le groupe épiscopal était située à 50 m au sud du croisement des voies Bavay-Amiens et Arras-Vermand, sur une pente descendant vers l’Escaut.



Fonction

Bâtiment

Groupe épiscopalFermer


Informations générales

Description
Fichier:Inconnu
Évolution du plan

La cathédrale a connu plusieurs phases de construction - essentiellement renseignées par les textes. Son dernier état, gothique, fut complètement démantelé entre 1796 et 1816, le siège épiscopal étant alors transféré dans l'abbaye du Saint-Sépulcre.

La tradition locale fait mention d’une église Sainte-Marie à Cambrai en 525 (état 1). La première mention avérée se situe dans la Vie de saint Géry.

Sensément détruit en 881 par les Normands, ce premier état du groupe cathédral fut reconstruit par l’évêque Dodilon, la nouvelle cathédrale étant consacrée un 1er août des années 890 (état 2). La basilique Sainte-Croix adjacente au sud date peut-être de cette campagne de travaux.

L’évêque Engran († 965) fit procéder à des agrandissements à l’ouest du bâtiment, que poursuivit son successeur Tetdon († 979). Selon les Gesta, l’évêque Rothard († 995) acheva les travaux d’Engran (à l’ouest) et fit élever une tour pour abriter les deux cloches qu’il avait fait fondre à ses frais. Rothard fit également aménager une crypte sous le chœur. Ses travaux provoquèrent la destruction d’une partie de la résidence épiscopale primitive (état 3). Erluin († 1012) apporta enfin quelques réparations à l’édifice, notamment au clocher.

Dans les années 1020, Gérard Ier entreprit une restauration considérable. Il fit agrandir l’ensemble de la cathédrale, provoquant la démolition de la basilique adjacente (au sud), dédiée à la sainte Croix. Ces travaux commencèrent en 1023 et durèrent sept années. Il fit agrandir le chœur et la crypte de Rothard. La cérémonie de consécration eut lieu le 18 octobre 1030 (état 4).

Cette cathédrale fut incendiée en 1064 et restaurée par l'évêque Gérard II. L’édifice roman fut reconstruit après l’incendie de 1148.

CAMBRAI, groupe épiscopal (Galerie d'images)|


Articulation en états

Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

Etat 1 : cathédrale Sainte-Marie, dès 525 ? avec une première résidence épiscopale.

Etat 2 : cathédrale de l’évêque Dodilon, consacrée dans les années 890, avec une domus episcopi et assurément une basilique sud dédiée à la Sainte-Croix (on y enterre l'évêque Jean en 878).

Etat 3 : cathédrale agrandie et réaménagée à l’ouest (tour-clocher) et à l’est (crypte sous le chœur), terminée par l’évêque Rothard († 995). La résidence épiscopale est alors remaniée.

Etat 4 : cathédrale de l’évêque Gérard Ier, 1023-1030. La basilique sud disparaît.



Date novembre 28, 2013
Auteur Pchevalier Fiche personnelle