BRIOD, église Saint-Étienne de Coldre

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région Franche-Comté Fermer
Département JuraFermer
Commune BriodFermer
Insee 39079Fermer
Adresse/Lieu-dit À Coldre
Toponyme
Propriétaire Commune
Protection de l'édifice I.S.M.H. 30.11.1993
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel ZB 01 parcelle 7
Latitude 46.664664
Longitude 5.602426
Altitude 557 m

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:Franche-Comté Fermer]]

[[Catégorie:JuraFermer]]

[[Catégorie:BriodFermer]]


Sources historiques et identification

Sources archéologiques

Jeandot Cl., Le mobilier funéraire mérovingien de la région lédonienne. Catalogue des collections du musée d’archéologie de Lons-le-Saunier (Jura), mémoire de maitrise histoire de l’art et archéologie, Université de Franche-Comté, Besançon, 1994, 2 vol., p. 19-21.

Sources d'archives

Arch. dép. du Jura, 1H17, Charte de l’archevêque de Besançon Anséric confirmant la possession de l’église Saint-Étienne de Coldres à l’abbaye de Baume, 1133 (vidimus du XVIe s., première mention de l’église) ; 1F28 ; 9F4 ; 113G13 ; 1H696, 598, 601, 604, 607 ; 9V III 110, 282.

Arch. dép. du Doubs, G3, p. 114, G91.

Bibl. mun. de Besançon, ms 702, p. 129.

Sources Bibliographie

Bruand A.-J., 1814, Annuaire de la préfecture du Jura pour l’an 1814 contenant des détails historiques et statistiques, Lons-le-Saunier, p. 75.

Monnier D., 1841, « Annales anciennes : note pour l’histoire particulière des communes du département du Jura », in Annuaire du Jura, p. 86-87.

Rousset A., 1853, Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes du Jura, vol. I, p. 344-351.

Ebersolt J.-G., 1950, Les cimetières burgondes du Doubs et du Jura à l’époque barbare, impr. de l’Est, p. 58.

Jeannin Y., 1987, « Briod (Jura), Saint-Étienne de Coldre », In Paysage monumental de la France autour de l’an mil, Picard, p. 349-351.

Lacroix abbé P., 1981, Les églises jurassiennes romanes et gothiques, Besançon, p. 54-57.

Odouze J.-L., 1991, Vie et mort du pagus d’Escuens. La région de Lons-le-Saunier (Jura) au cours du premier millénaire, thèse de IIIe cycle, Besançon, Université de Franche-Comté, II, p. 64-65.

Rothe M.-P., 2001, Carte archéologique de la Gaule, Le Jura 39, Paris, p. 251.

Conservation

La chapelle Saint-Étienne est conservée dans un état XIIe-XVe-XVIIe s.

Titulature actuelle

Saint-Étienne

Titulature historique

Saint-Étienne

Diocèse actuel

Saint-Claude

Diocèse historique

Besançon


Contexte d’implantation

Description

L’ancienne église Saint-Étienne de Coldre, aujourd’hui chapelle, est construite sur l’éperon barré de Coldre, au bord de la reculée de la Vallière, qui domine Conliège et tout le bassin lédonien. L’église se situe 200 m environ hors du rempart, sur le flanc occidental de l’éperon.

Structures antérieures

L’hypothèse d’un sanctuaire antique (découverte de monnaies des IIIe et IVe siècles et d’un dépôt de vaisselle gallo-romaine), à l’intérieur ou à l’extérieur du retranchement, est évoquée.

Habitat contemporain

Le rempart pourrait tout aussi bien dater du Bas-Empire que du haut Moyen Âge.


Fonction

Bâtiment

ÉgliseFermer

Description

Basilique funéraire puis paroissiale ?


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

L’église Saint-Étienne est mentionnée pour la première fois dans une charte de donation de l’archevêque de Besançon Anséric à l’abbaye de Baume en 1133. Néanmoins, son vocable, sa situation au sommet d’un éperon barré et la découverte à proximité d’un cimetière mérovingien (100 m au nord du rempart), laissent supposer une fondation antérieure à l’an mil.

BRIOD, église Saint-Étienne de Coldre (Galerie d'images)|


Articulation en états

Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Interprétation

L’état actuel de la chapelle ne permet pas de faire remonter sa construction au delà du XIIe siècle. La chapelle n’ayant pour l’heure pas été fouillée, aucun élément antérieur n’est donc connu. La fouille du cimetière mérovingien à proximité a néanmoins livré du mobilier du VIe siècle indiquant une population christianisée (d'après Y. Jeannin) ou du VIIe siècle (d'après Cl. Jeandot).



Informations sur la publication

Date novembre 3, 2011
Auteur Abully Fiche personnelle
Statut de la fiche 1. En cours de rédaction
Qualité de la fiche Donnée non renseignée