BESANCON, abbatiale Saint-Martin de Bregille

De Care

Données

Topographie

Chargement de la carte...
Pays FRANCEFermer
Région Franche-Comté Fermer
Département DoubsFermer
Commune BesançonFermer
Insee 25056Fermer
Adresse/Lieu-dit Rue des Fontenottes ?
Toponyme
Propriétaire
Protection de l'édifice
Références cartographiques
Numéro parcellaire sur le Cadastre actuel
Latitude Env. 47.238725
Longitude Env. 47.238725
Altitude Env. 249 m

[[Catégorie:FRANCEFermer]]

[[Catégorie:Franche-Comté Fermer]]

[[Catégorie:DoubsFermer]]

[[Catégorie:BesançonFermer]]


Sources historiques et identification

Sources indirectes

Dunod de Charnage F. I., Histoire de l’église, ville et diocèse de Besançon, Besançon, 1750, t. I, p. 56 ; t. II p. 229.

1890, Divisio Regni Hlotharii, MGH, Leges II, Capit., II, Hanovre, p. 195 (partage de Meersen).

Tessier G. éd. et crit., 1952, Recueil des actes de Charles II le Chauve, II, Paris, n°354, p. 287-288 (Charte de 871, Charles le Chauve abandonne à l’archevêque de Besançon différents droits fiscaux et l’abbaye de Bregille).

Sources archéologiques

Guilhot J.-O., Goy C.1989, Besançon : document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain, C. N. A. U., Tours, p. 31, pl. 6.

Jaccottey L., 1998, Besançon hors boucle, Carte archéologique, Rapport, S. R. A, p. 19 et 22.

Sources Bibliographie

Vregille B. de, 1964, Histoire de Besançon. Des origines à la fin du XVIe siècle, Folhen C. dir., Paris, I, p. 185-186.

Moyse G., 1973, Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Ve-Xe siècles), Extrait de la Bibliothèque de l’École des Chartes, t. CXXXI, p. 5, 62.

Jeannin Y., 1995, « Les nécropoles et les églises de Besançon (Doubs), in Collectif, Éclats d’histoire. 25000 ans d’héritage, 10 ans d’archéologie en Franche-Comté, éd. Cêtre, Besançon, p. 335.

Joan L., 2003, Carte archéologique de la Gaule. Le Doubs et le territoire de Belfort, 25 et 90, Paris, p. 254.

Jeannin Y., 2006, « Les églises et leurs cimetières », in De Vesontio à Besançon, catalogue d’exposition, Collectif, coll. Territoires, p. 130.

Références à la documentation graphique et photographique

Bibl. mun. de Besançon, Gec Besançon 8.4., Vue cavalière de Besançon par Pierre d’Argent, 1575.

Bibl. mun. de Besançon, Gec Besançon 101.1, Eau forte de Jean Maublanc, Besançon en 1618.

Bibl. mun. de Besançon, Gec Besançon 200.1, vue cavalière de Besançon, vers 1710. Paris, Musée des plans-reliefs, plan-relief de Besançon réalisé par Ladevèze en 1722 (réplique au musée du Temps à Besançon).

Conservation

L’église Saint-Martin et les bâtiments monastiques ne sont pas conservés. L’église se trouverait sous ou aux environs de l’actuelle église Sainte-Jeanne d’Arc, rue des Fontenottes. L’église a été détruite en 1814 ou 1815.

Titulature historique

Saint-Martin

Diocèse actuel

Besançon

Diocèse historique

Besançon


Contexte d’implantation

Description

L’abbaye Saint-Martin de Bregille s’est implantée à l’écart de la ville, sur la rive droite du Doubs, au pied de la colline de Bregille.

Structures antérieures

La nécropole de Port-Joint (Ier-IIe s.), en face de Bregille, se serait étendue sur les pentes du mont Bregille à une époque plus tardive. L’église semble avoir été bâtie sur un cimetière antique, encore en usage à l’époque mérovingienne. En 1873, une sépulture habillée, VIe ou VIIe s. (boucles d’oreilles, anneau de bronze, collier de verroterie, terre cuite avec ambre), a été découverte à proximité du site de Saint-Martin.


Fonction

Bâtiment

ÉgliseFermer

Description

Monastique


Informations générales

Description [[Image:{{{PlanGeneral}}}|thumb|right|border|135px|Évolution du plan]]

Le monastère Saint-Martin de Bregille est mentionné pour la première fois au IXe siècle (Darcatonge au XIe siècle, distinct du monastère de Dorniaticum, auquel la chronique de Bèze l’avait assimilé au XIIe siècle) mais B. de Vregille estime qu’il fut sans doute fondé au VIe siècle. Le partage de Meersen de 870 l’attribua à Charles le Chauve, qui le concéda l’année suivante à l’archevêque Arduic. Redevenu fief laïc au début du XIe siècle, Hugues de Salins (1031-1066) le réintégra dans le domaine de son Église. En 1286, l’église n’était plus donnée que comme paroissiale. Elle fut démolie en 1814 ou 1815.

BESANCON, abbatiale Saint-Martin de Bregille (Galerie d'images)|


Articulation en états

Etat I

Etat I
EmptyData.png Architecture

Plan

Plan inconnu

Parties

Le monastère Saint-Martin de Bregille est mentionné en 870.

Matériaux et techniques de construction

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Installations liturgiques

EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png EmptyData.png

Sépultures

EmptyData.png EmptyData.png

Inscriptions

EmptyData.png



Considérations critiques sur les états et sur la chronologie

Chronologie

État I : antérieur à 870 (le monastère est mentionné dans le partage de Meersen).




Informations sur la publication

Date novembre 10, 2011
Auteur Abully Fiche personnelle
Statut de la fiche 1. En cours de rédaction
Qualité de la fiche Donnée non renseignée